Braine-le-Comte abandonne le SMUR du CHR Haute-Senne

Un véhicule SMUR du CHR Haute-Senne
3 images
Un véhicule SMUR du CHR Haute-Senne - © RTBF

La commune ne veut plus s'impliquer dans l'asbl qui gère le service médical d'urgence et de réanimation du CHR Haute-Senne. Les autorités considèrent que la sécurité du service n'est plus assurée, parce que les bénévoles ont succédé aux pompiers volontaires. Le service continue malgré tout a assurer les interventions.

Depuis le 1er janvier 2015 et l'application de la réforme des zones de secours, les pompiers volontaires ne peuvent plus conduire les voitures du SMUR. Au service médical d'urgence et de réanimation du CHR Haute-Senne à Soignies, c'était un problème : la grande majorité de leurs chauffeurs sont des pompiers volontaires. Pour remédier à cette situation, l'asbl qui gère le service engage désormais les mêmes personnes sous le statut de bénévole, ce qui inquiète la commune voisine de Braine-le-Comte.

Les bénévoles n'ont pas de contrainte

Jean-Jacques Flahaux, député-bourgmestre MR de la commune, explique : "Depuis le 1er janvier, nous avons appris que le SMUR fait appel à de nouvelles personnes qu'il faut encore former. Au-delà de la formation, c'est le statut de bénévole qui m'inquiète. Il n'y a pas de contrainte pour que ces personnes assurent leur prestation. Heureusement, il n'y a pas encore eu de soucis, mais je ne voudrais pas qu'il y ait un drame demain et qu'on se retourne contre les communes membres de l'asbl".

Une majorité de pompiers

La décision de la ville fait perdre environ 30.000 euros par an à l'asbl, c'est peu par rapport au budget total d'1,2 millions d'euros. Mais la présidente de l'asbl Carinne Delhaye refuse qu'on mette en cause les chauffeurs : "Il n'y a que le statut qui change. Ce sont toujours les mêmes personnes qui conduisent le SMUR. Les 2/3 voire les 3/4 de nos bénévoles actuels sont les pompiers qui conduisaient le SMUR en 2014. Je ne vois donc pas en quoi on doit mettre leurs compétences en cause", s'insurge-t-elle.

Vers une intégration au CHR?

La ville de Braine-le-Comte souhaiterait en fait que le SMUR soit directement intégré au CHR Haute-Senne et qu'il engage des personnes non-bénévoles. L'hôpital finance déjà en grande partie le service et aimerait autant ne pas avoir plus de responsabilités. Le docteur Didier Delval, directeur du CHR, précise tout de même : "Les communes apportent une petite partie du budget qui sert à couvrir le véhicule et le chauffeur. Si l'hôpital doit l'intégrer, il le fera comme il a intégré les mesures d'économies budgétaires subies depuis plusieurs années".

L'hôpital assumera donc s'il le faut, mais il se passerait bien de dépenses supplémentaires. En attendant, même sans soutien financier de Braine-le-Comte, 25% des interventions du SMUR se font encore sur le territoire de cette commune.

Sarah Heinderyckx

Retrouvez ci-dessous le reportage du JT de 13H

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK