Braine-l'Alleud: la cité administrative déménage avant sa construction

Les bâtiments de Toyota
Les bâtiments de Toyota - © Vincent Fifi

Le collège communal de Braine-l’Alleud abandonne son projet de cité administrative à construire sur la dalle RER de la gare. Il achète, pour 4,5 millions d’euros, le bâtiment qu’occupait Toyota au parc de l’Alliance.

Depuis quelques années déjà, le collège communal de Braine-l’Alleud travaille pour concrétiser sa nouvelle cité administrative regroupant services communaux et CPAS. Le projet, qui avait ses plans, sa cellule de réflexion et même ses subsides régionaux de 4 millions d’euros, était localisé sur la nouvelle dalle du RER, à la gare. En plein centre de la ville, donc.

Mais construire sur une propriété de la SNCB était pour le moins compliqué et pour ne pas perdre les subsides à cause de l’écoulement du temps, le collège avait dû scinder le dossier en deux pour commencer par réaliser les parkings souterrains. Et au conseil communal de lundi soir, le bourgmestre Vincent Scourneau a indiqué qu’il avait appris que le gouvernement wallon était revenu sur sa position en juillet. Il ne voulait plus octroyer de subventions pour ce projet.

Le bourgmestre a négocié cet été, en toute discrétion, le rachat d'un bâtiment

Ce bâtiment en vente à l’entrée du parc de l’Alliance est l’immeuble qu’occupait jusqu’à présent la société Toyota, à l’avenue du Japon. Il est moderne, offre non seulement 7000 m2 de bureaux mais aussi 2000 m2 d’atelier. On pourra donc y regrouper non seulement tous les services de l’administration communale, aujourd’hui, dispersés en ville et ceux du CPAS mais aussi le dépôt communal.

Le propriétaire a marqué son accord pour une vente à 4,5 millions d’euros. Et cette semaine, le collège a obtenu de la Région wallonne l’assurance que les 4 millions d’euros prévus initialement pour subsidier le projet de la gare seraient transféré pour ce projet d’acquisition. Le principe de l’achat du bâtiment de l’avenue du Japon a donc été soumis au conseil communal de lundi soir.

Il ne coûtera que 500 000 euros à la commune, plus le coût des aménagements bien que l’immeuble soit moderne. Mais rien que la vente de certains bâtiments que les services déserteront rapportera davantage. Celui de l’urbanisme, promis pour l’extension de l’hôpital à la rue Cloquet, devrait être vendu pour environ deux millions d’euros.

La commune pourra aussi vendre la ferme affectée jusqu’ici au dépôt communal. Et le bourgmestre ne désespère pas de valoriser le permis technique et le travail effectué depuis plusieurs années pour construire sur la dalle de la gare : il faut trouver un partenaire, public ou privé désireux de s’installer dans cet endroit stratégique. Des contacts ont déjà été pris avec l’IBW pour y travailler.

Bref, pour les finances communales, le déménagement de la nouvelle cité administrative avant même sa construction prend des allures de joli coup. L’opposition a cependant choisi l’abstention, lors du vote de lundi soir. Pour Ecolo, cette localisation dans le zoning du parc de l’Alliance fait du bâtiment un "décentre administratif" : il s’agit d’un nouveau coup porté à la dynamisation du centre historique. Le cdH, lui, estime qu’il s’agit du projet d’un seul homme et regrette que les élus aient été tenus à l’écart des négociations.

Vincent Fifi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK