Brabant wallon: de faux carnets de vaccination pour fréquenter les crèches circulent selon un médecin

La problématique n’est pas neuve mais elle ne s’estompe pas dans le temps. Et le Brabant wallon serait une province plus touchée que les autres par le phénomène de l’anti-vaccination. Luc Decorte, bourgmestre de Chaumont-Gistoux et médecin, jette un pavé dans la mare. "Les parents ont tendance à produire des certificats qui parfois sont effectivement des faux".

Le même constat est dressé par le docteur Liliane Gilbert. "Parfois les parents avouent ce genre de pratique, mais a posteriori. Il faut néanmoins relativiser. Il y a très peu de cas", explique la présidente du Collège des Pédiatres de l’ONE. Les médecins – ils sont très rares – qui pratiqueraient des faux s’exposent pourtant à des suspensions décidées par le Conseil national de l’Ordre des Médecins. "C’est une suspension de pratiquer la médecine qui va de plusieurs jours à deux ans suivant la gravité des faits", explique Jean-Jacques Rombouts, vice-président de l’institution.

L’Ordre des Médecins qui tient à rappeler que les vaccins sont sûrs et que les effets indésirables graves sont très rares. Un document "relatif aux aspects éthiques de l’obligation de vacciner" est à consulter à ce sujet.

Que dit la loi ?

En Belgique seul le vaccin de la poliomyélite est obligatoire selon la loi. Mais un autre texte existe et il concerne la petite enfance du côté francophone du pays. Depuis 2017, un arrêté de la Fédération Wallonie-Bruxelles stipule qu’il est obligatoire que les enfants en bas âge soient vaccinés pour fréquenter un milieu d’accueil reconnu par l’ONE.

L’obligation vaccinale en milieu d’accueil porte sur les maladies suivantes : coqueluche, diphtérie, méningite de type B, oreillons, poliomyélite, tétanos, rougeole, rubéole.

Des parents récalcitrants...

Les parents qui veulent que leurs enfants fréquentent une crèche doivent donc se plier en Wallonie et à Bruxelles à l'obligation de présenter un certificat de vaccination en ordre. Et c'est là que le bât blesse. Sur le terrain, on constate que de faux carnets circulent. "Les cas sont rares mais existeraient. Il y a aussi des parents récalcitrants", explique Natacha Verstraeten, présidente du Comité subrégional de l'ONE Brabant wallon. "Ils reviennent avec des certificats qui ne sont pas complets. C'est accompagné d'un mot du médecin disant qu'il n'a pas pu vacciner l'enfant car il était malade".

Le problème de l'anti-vaccination inquiète cette responsable de l'ONE. "La coqueluche est réapparue. Ce n'est pas une maladie anodine et neutre. Elle peut conduire dans le pire des cas à des décès chez les enfants en bas âge." Natacha Verstraeten rappelle l'obligation de présenter un carnet de vaccination en ordre pour fréquenter un milieu d'accueil ONE. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK