Brabant wallon: Belfius passe les finances communales au crible

Belfius a passé au crible les finances communales du Brabant wallon. Les 27 localités dépensent moins, mais perçoivent davantage de taxes que la moyenne des communes wallonnes.
Belfius a passé au crible les finances communales du Brabant wallon. Les 27 localités dépensent moins, mais perçoivent davantage de taxes que la moyenne des communes wallonnes. - © Rtbf

Belfius Banque vient de présenter son état des lieux des finances locales. Cette année, les analystes ont étudié non seulement les budgets communaux 2018. Mais aussi, à l'approche des élections d'octobre, l'évolution des finances locales au cours de la législature qui s'achève.

Parmi les principaux constats en Brabant wallon: des communes qui dépensent moins, tout en percevant davantage de recettes fiscales que la moyenne locale en Région wallonne.

Dépenses ordinaires

Pour cette année-ci, les 27 communes du Brabant wallon ont inscrit à leur budget initial un montant total de dépenses ordinaires correspondant à 1210 euros par habitant. C'est moins que la moyenne régionale établie à 1469 euros par habitant. 

En termes d'évolution au cours de la mandature (d'une durée de 6 ans), les dépenses ordinaires des 27 communes ont progressé à un rythme de +2,1% par an en moyenne. Un chiffre pratiquement identique à la moyenne de l'ensemble des entités locales wallonnes.

"Si vous considérez, par exemple, l'évolution des dépenses engagées par les 27 communes au niveau des CPAS, on constate que leur évolution a progressé plus lentement que dans les autres provinces", commente Julien Flagothier, conseiller finances à l'UVCW (Union des Villes et Communes de Wallonie). "Cela s'explique par des raisons conjoncturelles et économiques. Notamment en raison d'un taux de chômage globalement plus faible en Brabant wallon, d'où des CPAS moins sollicités. Par ailleurs, on constate aussi que les communes du Brabant wallon sont globalement moins endettées que leurs homologues. La situation socio-économique est meilleure que dans d'autres communes".

Par ailleurs, on notera que les investissements consacrés aux voiries sont très importants, en Brabant wallon: 41,77% (ventilation fonctionnelle en 2018). 28,52% sont consacrés au poste Culture-Loisirs-Cultes. 1,54% à l'aide sociale et 0,39% à la police, ces derniers postes étant aussi financés par d'autres mécanismes. 

Des recettes juteuses

Dans les communes du Brabant wallon, les recettes fiscales inscrites au budget 2018 correspondent à 815 euros par habitant, contre une moyenne régionale wallonne de 700 euros par habitant. Si ces recettes ont faiblement augmenté au cours de la législature, elles restent tout de même les plus élevées dans la partie sud du pays. Comme l'explique Geoffrey Filleul, économiste chez Belfius, "en Brabant wallon, le revenu moyen par habitant est sensiblement plus élevé que la moyenne régionale. Les prix de l'immobilier sont aussi plus importants, ce qui signifie plus de recettes fiscales, tant au niveau des habitations privées que des zones d'emplois". Les additionnels au précompte immobilier représentent 332 euros par habitant (moyenne régionale: 265 euros par habitant). Quant aux additionnels à l'IPP (Impôt des personnes physiques), ils représentent 343 euros par habitant (contre 271 euros par habitant pour la moyenne régionale).

Les taxes additionnelles représentent pratiquement 80% des recettes fiscales, le solde provenant de taxes spécifiquement locales (taxes sur les déchets, sur l'occupation du domaine public,...).

Globalement, les recettes fiscales des communes wallonnes s'établissent à 2,5 milliards d'euros selon les budgets 2018. Elles contribuent à près de 50% du financement du budget ordinaire.    

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK