Bozar n'annulera pas la conférence avec Tariq Ramadan prévue ce samedi

Tariq Ramadan.
Tariq Ramadan. - © LOIC VENANCE - AFP

Ce samedi 5 décembre à 19 h 30, Tariq Ramadan sera invité à participer à un débat sur le thème des printemps arabes et l'actualité brûlante du moment en lien avec l'émergence du groupe terroriste Etat islamique et les attentats de Paris. Un événement organisé à Bozar par Bozar Agora, dans le cadre de son cycle de rencontres sur la thématique de l'islam.

Cycle de débats sur l'islam

Mais la venue du philosophe-islamologue enseignant à l'université d'Oxford et objet de plusieurs controverses suscite déjà pas mal de réactions sur le réseaux sociaux. Des critiques parvenues jusqu'auprès des organisateurs qui assument totalement leur choix. "Nous entendons les réactions mais nous n'avons pas l'intention d'annuler la venue de M. Tariq Ramadan", explique le service de presse de Bozar. "Tout d'abord, il ne sera pas le seul à prendre la parole puisqu'il est invité à s'exprimer de même que Johan Leman", ancien directeur du Centre pour l'Egalité des Chances et actuel président de l'ASBL Foyer. "Ensuite, cette conférence est organisée dans le cadre du cycle "A coloured view" (NDLR: un regard coloré) sur le thème de l'islam. Les orateurs invités sont nombreux et divers et M. Ramadan a toute sa place dans ce cycle. Enfin, une place sera laissée au débat avec la salle, ce qui permettra au public d'interpeller M. Ramadan."

Une salle comble

Pour Bozar, toutes les précautions sont ainsi prises pour permettre un échange contradictoire. Car Tariq Ramadan ne laisse pas indifférent. Adepte du double discours pour les uns, pour les autres véritable moteur d'une réforme au sein des sociétés musulmanes, l'intellectuel, régulièrement invité à clarifier ses positions sur les plateaux TV, divise. Pas étonnant que sa venue suscite la curiosité: la salle de la Rotonde à Bozar où s'organise la rencontre est déjà pleine. Quelque 300 personnes sont attendues. Des mesures de sécurité sont également prévues pour encadrer cet événement.

"Je suis perquisitionnable"

L'opinion de Tariq Ramadan sur les récents événements est également attendue à Bozar. Si l'intellectuel a condamné "avec force" les attentats et même indiqué dans une vidéo qu'il connaissait personnellement "quelques-unes" des victimes du 13 novembre, il a posté récemment sur Facebook un message disant: "Je suis ni Charlie, ni Paris, je suis perquisitionnable." Une formule qualifiée d’ambiguë visant, selon Tariq Ramadan, à dénoncer la vague d'interpellations en France ayant suivi la traque des auteurs des attentats et de leurs complices. D'autres y ont vu une légitimation des attaques terroristes dans la capitale française.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK