Boussu: 300 figurants participaient ce vendredi au tournage du film "un ange"

300 personnes, de la région essentiellement, étaient rassemblées devant l'église de Boussu pour le tournage d'une scène du film "un ange"
300 personnes, de la région essentiellement, étaient rassemblées devant l'église de Boussu pour le tournage d'une scène du film "un ange" - © Christophe Reculez

Le tournage du film "Un ange" est en cours en ce moment.  Ce film est l’adaptation d’un livre de l'auteur belge Dimitri Verhulst qui retrace les dernières heures d'un coureur cycliste. Une histoire qui, bien que la production s'en défende, rappelle la trajectoire de Frank Vandenbroucke.

Tournée ce vendredi, la scène de l'enterrement se déroulait à l'église de Boussu, une commune du Borinage.  Il y avait les acteurs bien sûr,  mais également  plus de 300 figurants.  Pour la plupart novices en la matière, ces figurants venaient surtout de la région et étaient essentiellement motivés par la curiosité.

Pour la plupart c'était une découverte

"C’est pour découvrir les coulisses évidemment", raconte Gino, figurant d’un jour. "L’ambiance est bonne. On fait des nouvelles connaissances. Mais, pour ma part, c’est sans ambition. C’est mon ami André, qui joue le rôle du prêtre, qui m’a envoyé un e-mail en me demandant si cela m’intéressait. Alors, je me suis dit, pourquoi pas?"

Son ami André s’était pourtant lui aussi inscrit pour faire de la figuration.

"Au départ, je devais simplement faire de la figuration mais ils m’ont demandé d’endosser le rôle du prêtre et j’ai accepté.", nous explique ce retraité de l’enseignement. "Je fais ça en amateur. En tant que pensionné, on rencontre de moins en moins de personne. C’est donc une bonne occasion.".

Il faut beaucoup attendre

Peu habitués à cet univers, Romina, Anissa et Fred ont décidé de vivre, entre amis, cette expérience. "On a vu l’appel via Facebook. C’est mon amie Anissa qui a pris l’initiative de nous inscrire", explique Romina.

"C’est bien de faire cela ensemble parce que l’attente, avant les scènes, est assez longue. Mais on a fait des rencontres ou croisé des connaissances ", ajoute Anissa.

"On en a pas mal parlé dans la région. D’ailleurs, les gens étaient contents pour moi quand j’ai annoncé que j’étais reprise. Mais, c’est pas non plus un Star Wars", explique la jeune femme avec humour.

Et pour diriger ce petit monde, Florent Mola est à la baguette. Il est ravi que la population locale se soit déplacée.

"On s’était entendu avec la commune de Boussu pour faire un maximum de publicité. C’est donc sympa qu’ils soient là, d’autant qu’on ne leur demande pas des performances d’acteurs incroyables", explique le directeur des figurants. "Pour des funérailles, on leur demandait d’être sobres à l‘écran et habillés en noir. En général, ils sont assez réceptifs."

"Je m'voyais déjà, en haut de l'affiche..."

Un rôle dans l’ombre donc pour ces acteurs d’un jour, ce qui n’empêche pas certains de nourrir quelques ambitions.

"On ne sait jamais, tout est possible", nous raconte avec le sourire Fred. "Pourquoi pas taper dans l’œil de quelqu’un. On a en tout cas discuté avec les producteurs. C’est déjà une bonne approche. Ils sont très ouverts. On peut discuter avec eux. On verra bien ce que cela donnera."

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK