Boulangerie Thirion à Ressaix : dernier espoir avant un aveu de faillite ?

Pas encore d'aveu de faillite pour les boulangeries Thirion mais l'espoir est mince
Pas encore d'aveu de faillite pour les boulangeries Thirion mais l'espoir est mince - © RTBF

Y a-t-il encore un mince espoir d’éviter la faillite pour les boulangeries Thirion, dont le siège est à Ressaix, près de Binche ? Oui, si l’on en croit l’administratrice provisoire de la société.

D’après ses explications, l’actuelle direction tente de trouver une solution financière pour mettre sur pied un plan de redressement en interne et avec des partenaires extérieurs. Des repreneurs potentiels se sont déjà manifestés, nous ont confirmé les syndicats. Il est donc trop tôt, pour elle, de déjà parler d’aveu de faillite.

Les syndicats, qui ce matin avaient parlé un peu trop vite d’aveu de faillite, confirment ses propos mais restent sceptiques vu le manque de liquidités de l’entreprise et la dette d’un million et demi d’euros du groupe Thirion, dont le siège social est basé à Ressaix, dans l’entité de Binche.

« Il existe des tentatives de la direction de mettre sur pied un plan de redressement »

Une assemblée générale du personnel s’est tenue ce jeudi matin, à la suite d’une rencontre mercredi entre le front commun et l’administratrice provisoire de Thirion. Cette entreprise familiale emploie environ 120 travailleurs et fournit 18 boulangeries dans la région du Centre, de Charleroi, du Brabant Wallon et à Mons, qui ne sont plus approvisionnées depuis la mi-mai. Il a été décidé de ne pas introduire de procédure de réorganisation judiciaire (PRJ) car l’entreprise manque de liquidités et n’entre donc pas dans les conditions pour en bénéficier.

Le groupe Thirion accuserait en effet une dette de près d’un million et demi d’euros. Contrairement à ce qu’annonçait le front commun syndical jeudi à la mi-journée, un aveu de faillite pur et simple ne sera pas déposé devant le tribunal de l’entreprise de Charleroi. « J’ai uniquement le pouvoir d’introduire une citation en faillite », a indiqué à Belga Isabelle Bronkaert, administratrice provisoire de Thirion. « Il existe des tentatives de la direction de mettre sur pied un plan de redressement en interne avec des partenaires extérieurs. Le tribunal devra donc statuer, vers la mi-juin, sur le dossier et examinera la validité et la viabilité à court terme d’un plan de redressement qui pourrait être déposé, ce qui postposerait éventuellement la faillite ».

Les travailleurs de Thirion étaient partis en grève mardi de la semaine passée afin d’exprimer leurs inquiétudes. Ils attendaient des précisions sur un éventuel plan de relance du holding SnG, actuel propriétaire du groupe Thirion. Leur grève se poursuit pour le moment, a fait savoir la CSC, au terme de l’assemblée générale de jeudi. Selon le syndicat chrétien, des candidats repreneurs existeraient mais leurs noms n’ont pas été divulgués.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK