Bouge : une pétition est lancée pour protéger les enfants des routes dangereuses

Plus de 950 personnes ont signé la pétition
4 images
Plus de 950 personnes ont signé la pétition - © Tous droits réservés

"Danger pour les usagers faibles". C’est ce que dénonce le comité de quartier Grand Feu, à Bouge. Avec un trafic routier en constante augmentation, le quartier deviendrait moins sûr pour les enfants. Et surtout pour ceux qui fréquentent l’école Sainte-Marguerite, autour de laquelle il n’y a pas de zone 30 ni de passages piétons sécurisés. Pour l’instant, plus de 950 personnes ont signé une pétition pour réclamer d’urgence des aménagements urbains. La semaine dernière, l'institut VIAS annonçait justement que plus de 4 enfants sur 10 impliqués dans un accident corporel le sont sur le chemin de l’école.

Des risques multipliés

Si de plus en plus de voix s’élèvent à ce sujet, c’est aussi parce que la situation risque d’empirer ces prochains mois. "A partir du printemps 2020, lorsque le trafic de la chaussée de Louvain sera dévié vers la rue du Grand Feu en raison du chantier TEC sur cette chaussée, les risques vont être multipliés", explique le comité dans un communiqué. Le nombre de véhicules risque d’augmenter significativement. Et les risques de vitesse excessive aussi… "On est situés dans un vieux village pas du tout adapté au trafic moderne. Ce trafic empêche une vie locale. Il y a deux écoles mais le trafic est dense. Il y a beaucoup d’aménagements réalisés dans les nouveaux quartiers. Mais dans ce vieux quartier, on n’a jamais eu ces aménagements. Je vis ici depuis 2008 et j’ai subi 5 accidents. Ce danger permanent évolue", explique Paul Bertin, l’un des porte-paroles du comité de quartier.

Des trottoirs trop étroits

Une situation inquiétante, d’autant plus qu’aux abords de l’école Saint-Marguerite, les trottoirs sont particulièrement étroits. A certains endroits, ils ne dépassent pas 60 centimètres, selon le comité. "Ça met en danger les habitants. Un rang d’école ne peut pas passer sur le trottoir. Une poussette ne peut pas passer sur le trottoir. Il faudrait faire un marquage au sol pour que les voitures ne se parquent plus sur les trottoirs, sécuriser les passages piétons, rendre les écoles plus visibles, élargir les trottoirs et ralentir le trafic via des zones 30. Aujourd’hui, on ne peut pas laisser les enfants aller à l’école à pieds, c’est trop dangereux", dénonce Paul Bertin.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK