Botte du Hainaut: plusieurs villages régulièrement privés d'internet et de téléphone fixe

L'opérateur SFR affirme vouloir trouver des solutions au plus vite mais le réseau existant est vétuste dans le sud de la Botte du Hainaut.
L'opérateur SFR affirme vouloir trouver des solutions au plus vite mais le réseau existant est vétuste dans le sud de la Botte du Hainaut. - © Jean-Pierre Depret

Depuis le début de l’année, de nombreux habitants du sud de la Botte du Hainaut et de la région de Couvin se plaignent de coupures de plus en plus fréquentes et de plus en plus longues tant au niveau des téléphones fixes que d’internet.

Ce sont surtout les villages reculés qui sont les plus concernés. Dans ces zones, les riverains sont obligés de passer par l’opérateur SFR. Celui-ci prétend faire un maximum d’effort pour améliorer la situation mais le réseau racheté en 2012 à l’intercommunale d’électricité du sud Hainaut (AIESH) est vétuste. Il est aussi aérien, ce qui le rend plus vulnérable.

Le patron de l’AIESH, Didier Wallée lui se défend : " Le réseau de télédistribution a été concédé en 2012 dans un excellent état même si il était unidirectionnel, c’est-à-dire que l’AIESH ne proposait que la télévision. SFR (Numéricable à l’époque) a mené des travaux pour rendre ce réseau bidirectionnel ( téléphone + internet) d’une manière désastreuse, multipliant les mauvais choix techniques, les pannes quotidiennes et une gestion catastrophique malgré les nombreux rappels de notre conseil d’administration. En 2017, SFR laisse à son successeur une multitude de problèmes non résolus. "

En attendant , ces pannes à répétition ont de lourdes conséquences : certaines personnes âgées sont déconnectées régulièrement du système de télévigilance par exemple. Cela peut aussi impacter une activité professionnelle. C’est le cas pour Jean-Pierre Depret qui habite à Monceau-Imbrechies dans l’entité de Momignies : " Je fais du télétravail trois jours par semaine mais quand j’ai des coupures du signal pendant parfois une demi-journée je ne peux plus faire mon boulot. Je suis aussi parfois de garde et donc mon employeur m’a demandé de lui communiquer mon numéro de GSM. Le problème c’est que le réseau mobile est aussi très faible et donc je lui ai dit de m’appeler sur la ligne fixe mais régulièrement on ne peut plus me joindre. "

Jean-Pierre Depret a contacté le médiateur des télécommunications qui a pu faire le lien avec l’opérateur et obtenir un remboursement de deux mois d’abonnement sans toutefois proposer des solutions concrètes.

Des problèmes ont aussi été constatés dans les villages de Cul-des-Sarts et Brûly-de-Pesche (Couvin) ainsi qu'à Macon (Momignies).

SFR vient d’être racheté par l’opérateur Télénet qui promet d’investir début 2018. Les clients lésés devront donc encore patienter plusieurs mois. Certains se sont regroupés : ils ont créé une page Facebook et viennent d'interpeller le ministre fédéral des Télécommunications, Alexander De Croo. Ils attendent sa réponse.

Une réunion est par ailleurs prévue à l’administration communale de Momignies début juillet pour faire le point sur ce dossier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir