Bombardement de Limal en 1944: "Le vent violent a déporté les fusées précédant les frappes alliées"

La nuit du 20 avril 1944, Limal a été bombardée "par erreur" par les vagues d'assaut alliées, parties pour reprendre la gare d'Ottignies aux Allemands.
3 images
La nuit du 20 avril 1944, Limal a été bombardée "par erreur" par les vagues d'assaut alliées, parties pour reprendre la gare d'Ottignies aux Allemands. - © DR

Alors qu’on s’apprête à célébrer les 75 ans du débarquement de Normandie, le Brabant wallon se souvient des victimes des bombardements alliés qui ont touché les villages de Limelette et Limal. C’était le soir du 20 avril 1944, un mois et demi avant le débarquement...

En fait, ce sont les infrastructures ferroviaires de la gare d’Ottignies, occupée par les Allemands, qui étaient visées. Mais le vent s'en est mêlé. Les bombes larguées ont frappé des victimes innocentes.

"La journée du 20 avril, à Limal et environs, il parait qu'il faisait très bon. Par contre, vers 23h00, un vent violent s'est levé. Et il y avait des avions qui précédaient les grosses vagues d'attaque, jetant des torches lumineuses pour délimiter la zone de bombardement, évoque pour nous Marcel Ongéna, président de l'Association des Groupements patriotiques de Wavre. Compte tenu de ce vent violent, les fusées ont été déportées : un peu sur Ottignies, mais surtout sur Limelette et Limal ! Ce qui était totalement imprévu ! Ils ont donc bombardé sans le vouloir Limal et Limelette."

Un bombardement qui a causé beaucoup de dégâts, faisant aussi de nombreuses victimes. "D'aucuns disent qu'ils ont largué 1000 tonnes de bombes ; d'autres, 960. Et dernièrement, on évoquait 600 tonnes. Quoiqu'il en soit, c'était un bombardement ardu et intense pour la population."

Notez qu'une cérémonie à la mémoire des 31 victimes limaloises du bombardement aura lieu demain matin (samedi), à 11h00, devant le monument aux morts, juste à côté de l'église de Limal.

Archives RTBF/SONUMA: le bombardement sur Limal et Limelette en 1944 (sujet JT 2004)

Un sujet de Nathalie Maleux raconte cet épisode dramatique. Il avait été réalisé pour le journal télévisé de François De Brigode du 22 novembre 2004.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK