La nouvelle majorité à Watermael-Boitsfort, fruit d'un effet papillon?

La maison communale de Watermael-Boitsfort.
La maison communale de Watermael-Boitsfort. - © Google Street View

Une panne informatique lors du dépouillement des bulletins de vote à Woluwe-Saint-Pierre est-elle à l'origine de l'accession de l'Ecolo Olivier Deleuze au mayorat de Watermael-Boitsfort? Le lien de cause à effet paraît a priori improbable. Mais c'est ce qu'on appelle l'effet papillon : le retard accumulé à Woluwe-Saint-Pierre a sans doute servi les négociateurs à Boitsfort.

Les états-majors des partis politiques sont intervenus, le soir du 14 octobre, pour orienter le sens des négociations dans nombre de communes bruxelloises. Un choix d'alliances dans la commune A entraînait des représailles dans la commune B, comme dans un jeu de dominos.

A Watermael-Boitsfort, Ecolo, Gmh et MR ont abouti peu après 20 heures à un accord reléguant la bourgmestre FDF Martine Payfa dans l'opposition. Selon nos informations, le négociateur du MR a longtemps retardé la conclusion de l'accord de majorité, sur instruction de son président de parti. Et très tard dans la nuit, Charles Michel a appelé l'un des responsables du FDF boitsfortois, pour tenter de sauver le bourgmestre MR de Woluwe-Saint-Pierre, Willem Draps.

Le deal était le suivant : le MR se retire de l'accord de majorité à Watermael-Boitsfort, sauvant ainsi le mayorat de Martine Payfa ; en échange, le FDF se retire de l'accord de majorité à Woluwe-Saint-Pierre, préservant le leadership de Willem Draps. Mais il était trop tard. A Boitsfort, l'accord était définitivement scellé. Parce qu'à Woluwe-Saint-Pierre, une panne informatique a retardé les résultats au-delà de 23 heures? On ne pourra jamais démontrer de lien de cause à effet. Ni que le troc aurait été accepté par les partis concernés.

Philippe Carlot

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK