Blonde, corail ou verte, la lentille belge va-t-elle bientôt envahir notre assiette ?

Blonde, corail ou verte, la lentille belge va-t-elle bientôt envahir notre assiette?
3 images
Blonde, corail ou verte, la lentille belge va-t-elle bientôt envahir notre assiette? - © Tous droits réservés

Il y a quelques années, elle était à peine voire pas du tout cultivée. Aujourd'hui de plus en plus d'hectares sont consacrés à la lentille. Alternative en protéine à une viande dont la consommation semble constamment à la baisse, elle reste un pari osé pour une agriculture plus diversifiée.

La moisson se termine. Mais avec plusieurs semaines de retard sur les céréales. Le champ, de loin, n'a pas l'air très avenant. Il est en tout cas d'apparence inhabituelle: "C'est une association avec des féveroles qui servent de support pour les lentilles qui ont tendance à se coucher facilement, explique Kris Van Wijnberghe, l'un des quatre agriculteurs associés dans cette nouvelle culture. Nous nous sommes beaucoup renseignés notamment en France et nous procédons encore à des essais de type de cultures associées, de techniques de récolte pour obtenir encore de meilleurs résultats".

Le pari a démarré il y a deux ans pour Guillaume Galant, cultivateur de la région de Florennes. Une idée pour se diversifier et donc limiter les risques si les prix ou les récoltes ne sont pas rentables dans les autres types de cultures qu'il met en place depuis des annés: "J'ai quand-même appelé les trois autres pour que le risque soit moins grand, pour partager les coûts de machines notamment vu qu'il faut trier, nettoyer etc... Tout le monde était enthousiaste et aujourd"hui nous cultivons 10 hectares en tout et en mettrons 6 de plus dès l'année prochaine".

Mais les quatre jeunes agriculteurs, rassemblés au sein de l'association "les 4 fermes", n'ont pas décidé de se lancer dans la lentille par idéal, ils ont également bien compris, qu'avec la diminution de la consommation de viande et la recherche d'apports alternatifs en protéines, cette légumineuse a un nouvel avenir: "On la consomme de plus en plus c'est vrai, on s'est dit qu'il y avait un marché à prendre plutôt que de consommer uniquement des lentilles cultivées l'étranger, défend Quentin Flamand, associé au projet également. Le climat de ces dernières années a plutôt été favorable et les rendements sont assez bons donc nous sommes confiants".

Et en plus elle est produite sans aucun produit phytosanitaire, un dernier argument pour convaincre déjà de nombreux points de vente de proposer leurs produits. L'année prochaine,après les lentilles et le quinoa, les quatre agriculteurs se lanceront un nouveau défi: la culture à grande échelle du pois chiche.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK