Blegny: l'avenir du site de la caserne de Saive se précise

La caserne de Saive
2 images
La caserne de Saive - © rtbf.be

Comment aménager au mieux le territoire wallon? Quel visage lui donner à l'avenir? Où définir des noyaux d'habitat, des zones pour PME ou préserver des espaces verts? Des questions qui sont traduites dans le SDER, autrement dit le Schéma de développement territorial adopté par le gouvernement wallon début novembre.

C'est précisément dans une de ces communes, Blegny, près de Liège, que le ministre wallon de l'Aménagement du territoire, Philippe Henry, était ce samedi pour lancer l'enquête publique sur le SDER et appuyer un vaste projet de réaffectation de l'ancienne caserne de Saive.

Quand l'armée a décidé de vendre sa caserne de Saive, la commune de Blegny n'a pas hésité. Même si l'achat représente un an de budget de l'entité, c'est une opportunité.

Le site s'étend sur 48 hectares. Le projet est de grande ampleur avec du logement, du commerce, des services, des PME, de la culture, du sport et surtout un immense espace vert de 40 hectares à protéger.

Un modèle que la région voudrait voir se répéter ailleurs, comme l'explique Philippe Henry : " Nous avons beaucoup de sites à réaménager qui sont des traces d'activités passées et c'est vraiment beaucoup mieux de réaffecter ces sites, ces bâtiments, ces terrains à de nouvelles activités comme du logement, des commerces et des services comme c'est le cas ici. C'est mieux que d'avoir un chancre généralement situé dans les centres des villages ou dans les villes donc dans des endroits où ce n'est vraiment pas agréable. Cela permet aussi de ne pas s'étendre sans limite sur le territoire et d'urbaniser des terrains qui sont, aujourd'hui, utilisés par l'agriculture, qui sont des zones vertes. Ici, il s'agit vraiment de recycler le territoire pour de nouvelles activités. C'est pour cela que ce site a été retenu par le plan Marshall et qu'il a un subside important de la Région pour cette réaffectation".

Les habitants estiment avoir aussi leur mot à dire. Lors d'une réunion d'information, ils se sont inscrits dans des groupes de travail locaux comme l'explique Vinciane, une habitante de la commune : "Nous avions peur, nous nous demandions vraiment ce que cela allait devenir et c'est le soulagement total". Vinciane traduit le sentiment des riverains heureux que la commune se soit portée acquéreur.

Marc Bolland, bourgmestre, confirme : "Nous avons ici une quarantaine d'hectares et d'espaces verts donc nous voulons les garder mais aussi ce que nous voulons c'est vraiment une redynamisation du village. Faire de la caserne, qui était une contrainte, une opportunité avec une mixité de fonctions. Du commerce de proximité, des petites PME, de la formation, du logement et dans le logement du logement social, du logement locatif, du logement de standing, des services à la fois publics et privés comme, par exemple dans le domaine de la santé. Au sein de la population, il y a beaucoup de compétences qui peuvent être utiles au projet".

Et pour les différentes fonctions, des groupes de travail avec les habitants sont organisés ce qui permet, aux personnes concernées de donner des idées concernant le futur aménagement du site.

L'assainissement du site pour lequel la région débloque 1,8 million d'euros devrait commencer l'automne prochain.

Diaporama de la caserne de Saive

Françoise Dubois

 


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK