Biodiversité : retour de l'immortelle des sables, une plante en voie de disparition

C’est un petit végétal discret employé jadis dans les bouquets de fleurs séchées. Elle s’appelle l’Immortelle des sables et ne pousse plus qu’à un seul endroit en Belgique : dans une ancienne carrière de grès située dans le village de Tattert, en province de Luxembourg.

Un écrin sablonneux de neuf hectares

Après avoir quasiment disparue, cette espèce a fait l’objet d’une réintroduction en 2014.  Des scientifiques du jardin botanique de Meise ont cultivé puis planté 2000 unités de l’immortelle des sables dans un carré protégé. Trois ans après, l’immortelle a recolonisé une partie des 9 hectares de la réserve naturelle préalablement déboisée. Cette fleur très spécifique pousse uniquement dans un sol sableux et à la lumière. Pour maintenir ces conditions, un troupeau d’une quarantaine de moutons et de chèvres broutent soigneusement la surface du sol. L’immortelle des Sables contribue au maintien d’un biotope rare constitué de nombreux papillons et d'abeilles sabulicoles qui trouvent dans cet écrin préservé un habitat propice.

 

 

Un projet européen pour la biodiversité

La réintroduction de l’immortelle des sables s’inscrit dans un programme européen qui s’achève l’an prochain. Le projet " Life " a aussi permis de dégager les dix hectares du marais de Vance, dans la commune d’Étalle. Grâce aux travaux de déboisement, ces marais alcalins retrouvent de la lumière et dès lors un équilibre perdu au fil du temps. Des bénévoles ont dégagé cette tourbière des arbres qui l’avaient colonisée. Aujourd’hui, elle abrite à nouveau de nombreuses espèces très rares comme la Drosera, une petite plante carnivore. Le marais accueille aussi de nombreux batraciens et des papillons comme le très discret Cuivré de la bistorte.  

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK