Biodiversité : "On sous-estime l'importance des salamandres"

Seaux à la main, ils arpentent les abords d'une route qui longe un petit ruisseau, balayant la végétation de leurs lampes de poche. Depuis de longues minutes déjà, le soleil s'est écrasé sur l'horizon et la pénombre enveloppe à présent cette poignée de bénévoles, arborant leurs vestes fluo comme ultime rempart contre l'obscurité. Soudain, une clameur vient déchirer le crépuscule si silencieux jusque-là : "Là, j'en vois une !" s'écrie une jeune femme avant d'esquisser un sourire émerveillé, "C'est une salamandre, la première de la soirée !"

3 images
"Si les salamandres disparaissent, nous en payerons les conséquences d'une manière ou d'une autre" © Tous droits réservés

Opération de sauvetage

Depuis six ans, des citoyens engagés se relayent les soirs de pluie, de mars à octobre, sur ce site exceptionnel situé sur le territoire d'Andenne (Province de Namur). Car les salamandres tachetées (Salamandra salamandra), qui se déplacent lentement et qui ont pour réflexe de se figer devant le danger, courent parfois de grands risques lorsqu'elles entreprennent la traversée de la route: "On essaye tout simplement qu'elles ne se fassent pas écraser par un véhicule" explique Perrine Renard, étudiante en biologie à l'Université de Liège, "Particulièrement quand les femelles migrent de la forêt vers le point d'eau où elles vont mettre bas et quand elles font le trajet retour pour remonter dans la forêt".

En contrebas de la route, où une barrière a pourtant été installée afin d'empêcher le passage, un vrombissement mécanique se fait alors entendre et semble se rapprocher rapidement quand une lumière crue transperce les ténèbres. Une voiture arrive. Les bénévoles s'empressent de prendre quelques photos, de relever les empreintes de l'animal – comme l'Humain et d'autres espèces, les salamandres possèdent des empreintes uniques qui permettent d'identifier chaque individu –, de le transporter dans un seau et de le relâcher sur un talus, plus en sécurité de l'autre côté de la chaussée.

"Cette fois-ci, ça s'est bien passé" soupire Ingrid Bourgeois, une voisine du site autour de laquelle gravitent les équipes de bénévoles, "Mais ce n'est pas toujours le cas. Souvent, on a des gens qui ouvrent la barrière et qui passent malgré qu'on ait un arrêté de police. J'ai moi-même été agressée physiquement l'année dernière par des gens violents qui ne comprenaient pas ce qu'on était en train de faire, mais je n'ai pas du tout envie de m'arrêter pour autant, que du contraire !"  

"Un dragon tout mignon"

Mais qu'est-ce qui peut donc motiver ces amoureux de la Nature à braver les jours de météo pluvieuse – les salamandres passent la première partie de leur vie dans l'eau mais privilégient la terre ferme une fois adultes, tout en continuant à rechercher l'humidité – principalement de nuit, y compris les jours fériés ? "C'est vraiment un animal qui dégage une grande douceur, hyper paisible, et je pense que c'est ça qui m'attendrit beaucoup" avance Ingrid Bourgeois, "Il y a aussi un mythe autour de leurs couleurs noir et jaune. Par exemple, on les jetait dans le feu et elles arrivaient quand même à survivre (ndlr: de cette croyance, les salamandres ont conservé leur nom dans les langues néerlandaise - vuursalamander - et anglaise - Fire salamander). Bien sûr, elles ne résistent quand même pas au feu à ce point-là, mais ça a contribué à façonner leur légende, elles dégagent un mystère qui me touche". 

Plus loin, un adolescent féru de faune sauvage s'enthousiasme : "C'est quand même étonnant de voir des salamandres ici en Belgique alors que ce sont des animaux qui ont une apparence plutôt exotique". Sa mère, avec qui il suit une formation en éthologie et qui l'accompagne dans cette sortie nocturne, charmée elle aussi, embraye: "Je les trouve vraiment majestueuses, elles prennent parfois cette position dans laquelle elles relèvent leur tête ce qui me fait vraiment penser à un petit dragon, je trouve ça super mignon." À entendre ces passionnés, la salamandre semble bénéficier d'un capital sympathie dont peu d'espèces animales peuvent se targuer… 

Une espèce essentielle 

Pourtant, malgré cette perception globalement positive, la salamandre resterait largement méconnue, surtout pour le rôle crucial qu'elle joue dans la régulation d'autres espèces: "On sous-estime l'importance des amphibiens mais aussi des batraciens comme les crapauds ou les grenouilles" déplore Ingrid Bourgeois, "Ce sont des animaux qui se nourrissent par exemple des larves de moustiques dans les mares. Généralement, quand on dit ça, tout le monde se met à nous écouter ! (elle éclate de rire) Ce sont des espèces qui font partie d'un cycle, si ces amphibiens disparaissent c'est tout un cycle qui sera déséquilibré. Sans les salamandres, c'est toute un pan de la biodiversité qui serait perdu et nous, les Humains, nous en paierions les conséquences d'une manière ou d'une autre." 

Les voitures et l'activité humaine ne sont d'ailleurs pas les seules menaces auxquelles les salamandres doivent faire face. Un champignon se propage actuellement sur le continent européen et menace à présent les populations d'Andenne, où les visiteurs sont priés de se soumettre à une désinfection complète avant de pénétrer sur le site : "C'est un champignon qui a été importé par des NAC (nouveaux animaux de compagnie). Il y a des gens qui ont chez eux des lézards ou des grenouilles exotiques, ils déversent l'eau des aquariums dans les égouts qui viennent contaminer notre environnement. C'est de cette manière qu'aux Pays-Bas, 98% de la population de salamandres ont déjà été décimés en seulement quelques mois." Partout en Belgique, les promeneurs sont d'ailleurs invités à désinfecter leurs chaussures avant leur balade en forêt afin de ne pas contribuer à la propagation. 

L'aurore et les premiers rayons du soleil sont encore loin et pourtant est déjà venu le moment de plier bagages. À cette heure tardive, le trafic routier est devenu quasi inexistant et il serait vain de s'épuiser davantage, surtout s'il faut déjà revenir le lendemain. Ce soir-là, une vingtaine de salamandres seront recensées, dont un certain nombre auront survécu grâce à l'intervention des bénévoles qui repartent avec le sentiment d'une mission accomplie.

N.L.

La salamandre tachetée est une espèce protégée en Wallonie, plus d'informations ici.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK