Binche: sacré carnaval...

L’ancienne église des Récollets
3 images
L’ancienne église des Récollets - © RTBF

Un Mardi-Gras à Binche, ce n’est pas qu’un carnaval. C’est bien plus que ça, tous les Binchois vous le diront. La carnaval, c’est sacré. Dans tous les sens du terme. On ne raterait ça pour rien au monde. "On en parle chaque semaine, on s’y prépare toute l’année", insistait le bourgmestre Laurent Devin au moment d’accueillir les sociétés dans le solennel Hôtel de Ville, dont le beffroi est lui aussi classé Patrimoine de l’UNESCO.

Mais c’est aussi sacré parce que le Gille, plus encore qu’un Roi, à qui l’on sert le champagne et les huîtres dès son réveil, c’est un grand prêtre, dont la mission est de ranimer la terre endormie en la martelant de ses sabots au son des tambours, et de chasser l’hiver à coups de ramon, avant de célébrer le printemps qui revient à jets d’orange.

Un grand prêtre que toute la cité suit d’ailleurs religieusement en s’alignant sur son pas, dans une transe mystique à laquelle l’étranger met un peu de temps à s’habituer avant se saisir cette rythmique toute particulière de "l’avant-diner", seul air joué le matin une fois le jour levé.

En ce mardi matin, pas besoin de service d’ordre pour faire respecter ce prêtre-roi adoré des Binchois.

Le carnaval, c’est sacré.

Et pourtant…

Et pourtant, les Binchois peuvent se montrer irrévérencieux, comme lorsqu’ils enfilent leurs costumes colorés du Dimanche-Gras. Ou comme lorsqu’ils détournent une église… en salle de concert et piano-bar disco. Une platine de mixage dans la chaire de vérité, on ne voit pas ça partout quand même…

L’ancienne église des Récollets est en effet devenu une étonnante salle polyvalente, équipée d’un bar, d’une scène, et d’un immense espace intérieur qui la rendent adéquate pour des locations privatives très diverses.

Mais en ces Jours Gras et sacrés, l’église, elle, se désacralise et s’ouvre aux Binchois parfois un peu surpris, mais la plupart dutemps impressionnés par la beauté des lieux réaménagés. "Ils sont parfois un  peu décontenancés, nous explique Quentin Lecomte, mais ensuite ils apprécient l’aménagement. C’est beau, il y a une ambiance, et puis on y est plus à l’aise alors que la plupart des cafés du centre sont bondés".

Un lieu à découvrir

Autre lieu "sacré", la "Tour de la Sorcière", vestige des remparts médiévaux, et inaccessible pendant toute l’année, sauf à la très sérieuse "Compagnie des Hallebardiers", se transforme elle en bar à champagne ouvert à tous. L’occasion d’y faire une halte "hors du temps" : l’épaisseur de la muraille est telle que les ondes GSM n’y passent pas.

De toute façon, le roi Gille ne téléphone pas, ne s’assied pas, ne fume pas. Il boit, un peu, oui, mais juste du champagne. A Binche, le foloklore se vit avec tradition, ordre, et ferveur. Ici, le carnaval, ce n’est pas du laisser-aller et des débordements, le carnaval, c’est sacré.

L'aube et la matinée à Binche : du champagne et des huîtres JT du 13/02

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK