Binche : le carnaval remplacé par une solidarité avec les secteurs touchés par la crise sanitaire

Binche : pas de carnaval mais une solidarité avec les secteurs touchés par la crise sanitaire
Binche : pas de carnaval mais une solidarité avec les secteurs touchés par la crise sanitaire - © Tous droits réservés

Même quand on n’a pas de carnaval, on a des idées. Binche a décidé de venir en aide aux secteurs en difficulté. Avec l’annulation du carnaval, les moyens utilisés d’habitude vont être placés dans une cagnotte pour les secteurs touchés par la crise sanitaire. La ville rajoute aussi des moyens exceptionnels. C’est donc une solidarité qui s’organise à Binche.

2.000 euros pour les métiers de contacts : coiffeurs, tatoueurs, esthéticien, etc. 3000 euros pour les cafetiers et artisans liés au carnaval. Rien pour les restaurateurs qui, selon les autorités, peuvent continuer à travailler en faisant des plats à emporter. Il faudra introduire un dossier et la réponse devrait être rapide. Pour financer tout ça, la ville utilise l’argent dépensé d’habitude pour le carnaval. Un grand appel aux dons est aussi lancé. Et puis la ville de Binche va aussi vendre des drapeaux et des stickers à l’effigie du carnaval pour alimenter cette cagnotte. Les drapeaux seront affichés à partir du vendredi. Quatre jours avant le Mardi gras. D’habitude ce jour-là, les Gilles se rendent chez le louageur pour aller chercher leur costume. C’est donc un geste symbolique qui sera accompagné par les stickers aux couleurs des différentes sociétés de Gilles qui vont fleurir dans toute la ville.

Réaction positive de Jérôme Urbain, tenancier du Parapluie National sur la Grand-Place de Binche. "On a participé à des réunions avec la ville pour préparer ce fonds de solidarité. C’est un coup de main bien nécessaire. Moi par exemple, j’ai décidé d’arrêter de payer mes loyers depuis le deuxième confinement. J’ai mis un avocat sur la question mais j’espère toujours arriver à une solution négociée."

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK