Binche: fermeture du guichet de la gare l'après-midi, un aveugle ne peut plus prendre le train

Sans l'assistance du personnel de gare, Didier Dubois restera sur le quai
3 images
Sans l'assistance du personnel de gare, Didier Dubois restera sur le quai - © Bruno Strebelle

La SNCB l'avait annoncé. 33 gares fermeront leurs guichets cet après-midi. Parmi elles, celle de Binche. Les chemins de fer adaptent leurs horaires en fonction des chiffres de vente au guichet. 65% de la clientèle voyage avec un abonnement; les autres passagers utilisent de plus en plus les automates ou achètent leur ticket en ligne.

Conséquence: les guichetiers seront déplacés vers d'autres gares plus importantes. Mais cette fermeture a d'autres conséquences, notamment pour les personnes handicapées. Didier Dubois est aveugle et il se rend à son travail en train au départ de Binche. Jusqu'ici il bénéficiait d'un coup de main du personnel de la gare. Ce ne sera désormais plus possible l'après-midi.

Parcours du combattant

Didier Dubois habite à Binche, à quelques centaines de mètres de la gare. Mal-voyant, il est devenu aveugle il y a quelques années. Il rejoint la gare en slalomant entre les voitures mal garées, les poubelles qui traînent sur le trottoir et les barrières des travaux. Un parcours du combattant pour regagner son lieu de travail, le SPF Mobilité à Bruxelles. Il est chargé des contacts avec les personnes handicapées. C'est dire s'il connaît le sujet. Habitué du télétravail, il se rend deux fois par semaine à son bureau, en train: "J'ai toujours eu de l'aide de la gare."

 Canne à la main, il s'arrête devant le café ("Pas à l'intérieur, même s'il fait froid ou s'il pleut!") situé en face de la gare. "Je me mets ici au coin. Et j'attends la personne de la gare qui vient me chercher ici et le soir, qui me ramène ici." Le guichetier arrive quelques minutes plus tard: "Didier nous prévient. C'est ponctuel. On le conduit jusqu'au train. Ensuite, on fait le nécessaire auprès de la gare d'arrivée pour prévenir dans quel train il arrivera et à quel endroit il est, afin qu'on l'accueille. Cela nous prend quelques minutes. Ici, on a la chance de ne pas avoir trop de trains. Et ensuite, Didier est souvent bien à l'avance, donc, ça ne pose pas vraiment de problèmes." 

Plus personne en gare l'après-midi

Et pourtant, ce service ne pourra plus être rendu l'après-midi. Car qui dit guichet fermé, dit absence de personnel en gare. Thierry Ney, porte-parole de la SNCB: "Nous sommes dans une situation où sur base d'une bonne volonté de la part de nos guichetiers, une aide avait été organisée pour cette personne. Mais concrètement, ce ne sera plus possible. Chaque année, on assure plus de 50 000 demandes d'assistance. Ca, ce sont les demandes officielles. On essaye encore ici et là, d'aider les personnes à mobilité réduite, mais ça dépend encore de la disponibilité du personnel et du matériel. Mais ce n'est jamais garanti. C'est pour cela que nous conseillons à notre clientèle d'aller vers une gare PMR, parce que là, c'est garanti à 100%".

La SNCB compte 131 gares PMR pourvues d'infrastructures et bénéficiant d'équipes qui veillent à l'assistance des personnes handicapées. Binche par exemple ne peut assurer ce service, au contraire de celle de La Louvière Sud, située à une dizaine de kilomètres de Binche. Une solution qui est loin de répondre aux attentes de Didier Dubois: "Avec la volonté que j'ai de vouloir travailler, de vouloir m'en sortir, toujours avoir des bâtons dans les roues, ce n'est pas vivable. Il faut tout le temps se battre pour tout. Mais à deux ans et demi de la pension, je finis par perdre ma motivation."

 

Reportage du JT 13h de ce lundi 2 octobre

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK