Bientôt une nouvelle vie pour le Quartier du Midi

Bientôt une nouvelle vie pour le Quartier du Midi avec une «gare habitante»
Bientôt une nouvelle vie pour le Quartier du Midi avec une «gare habitante» - © Tous droits réservés

Le gouvernement bruxellois a approuvé, en première lecture, le projet de schéma directeur pour le quartier du Midi. Il a été confié à l'architecte-urbaniste français Djamel Klouche. Ce quartier devrait subir de profondes transformations dans les dix à vingt prochaines années.

Le mot d'ordre est de remettre un peu d'harmonie dans ce chaos urbain. La gare du Midi est la porte d’entrée des touristes qui arrivent dans la capitale de l’Europe. Une fois sortis de cette gare internationale, ils débarquent dans un décor peu flatteur; le quartier est engorgé de voitures et fait la part belle, un peu trop belle, aux bureaux. L'architecte-urbaniste Djamel Klouche ne mâche pas ses mots : "Il y a du travail ! Cette gare n’est pas très visible, ni très belle, ni très confortable. Il y a beaucoup de conflits entre différents modes : les livraisons, les taxis, les voitures, les camions, les piétons. Elle n’est pas digne d’une gare internationale dans la capitale européenne. Donc, il fallait faire quelque chose ! ".

Les enjeux en termes de mobilité ou de logements sont donc immenses. L'ordre de mission pour l'architecte-urbaniste Djamel Klouche était de restaurer la mixité des fonctions en parvenant au terme du processus à un rapport équilibré entre bureaux et logements. Djamel Klouche parle de "gare habitante" : "Aujourd’hui, tous les experts internationaux disent que les quartiers de gare doivent être des quartiers mixtes. Il faut que la part de l’habitat et la part des bureaux, d’emplois ou d’activités soient à peu près équivalentes. C’est donc ce qu’on a préconisé et c’est ce qui a été validé. Le but est d’aller vers un quartier de ‘gare habitante’ où, à terme, on serait à 50% des bureaux, 50% des logements, sans compter évidemment les services et les équipements ".

Il n’est pas question, dans le schéma directeur, de toucher à la structure de la gare elle-même. " Mais, cela n’interdit pas de se poser un certain nombre de questions. On a toujours dit que le projet devait être concomitant à un aménagement de tous les espaces intérieurs de la gare. C’est prévu par, (la filiale immobilière de la SNCB) Eurostation. Ce qui va être le plus important c’est l’aménagement de l’espace public ", précise Djamel Klouche.

La volonté du gouvernement bruxellois de refaire la part belle au logement doit cependant faire grincer des dents les centaines d'habitants expropriés sous la présidence de Charles Picqué adepte d'un développement du secteur tertiaire dans le quartier.

On jugera les ambitions de l'actuel exécutif bruxellois aux résultats, dans une quinzaine d'années.

Philippe Carlot

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK