Bientôt une carte à puces pour accéder aux parcs Hygea

Illustration
3 images
Illustration - © Belga - Virginie Lefour

L’Intercommunale mixte de propreté publique Hygea, qui regroupe 24 communes de la région Mons-Borinage-Centre, a décidé la mise en place d’une carte d’accès à ses Ecoparcs dès le 1er janvier 2015.

La prise de cette décision -déjà en vigueur dans d’autres Intercommunales comme Ipalle en Wallonie Picarde- est notamment partie du bilan 2013 des Ecoparcs Hygea qui fait état d’un volume de 269,98 kilos de déchets récoltés sur l’année par habitant, un chiffre qui, pour 2014, est reparti à la hausse.

Un profil des déchets par ménage

Avec l’introduction de cette carte d’accès, l’objectif est clairement de vérifier que ce sont bien des habitants des communes concernées qui viennent jeter leurs déchets et non des visiteurs opportunistes provenant d’autres zones ou encore des travailleurs du bâtiment profitant des parcs pour déverser leurs rebuts professionnels. La carte permettra ainsi une collecte précise d’informations et de chiffres

Ces cartes vont être distribuées à 250.000 ménages via les différentes communes de la zone (à l’exception de Quevy qui n’a pas souhaité fournir le listing de sa population. Les habitants de cette commune devront donc s’adresser directement à l’intercommunale pour recevoir leur sésame).

Il faudra montrer patte blanche

L’accès aux Parcs Hygea ne sera possible que sur présentation de votre carte d’accès couplée à votre carte d’identité, ceci pour éviter les petits arrangements entre amis via "échanges" de cartes.

Enfin trois types de déchets seront soumis à des quotas. A chaque passage à l’Ecoparc, le préposé évaluera donc la quantité déposée de déchets encombrants (incinérables et non-incinérables), de déchets verts et de déchets inertes. Les détails sur ces nouveaux dispositifs et sur les quantités permises sont disponibles le site www.hygea.be

Le principal objectif est de connaître l’origine des déchets et d’en maîtriser la quantité (savoir qui vient apporter quoi) et donc endiguer notamment le flux des déchets inertes et encombrants déversés par des entrepreneurs peu scrupuleux.

Vincent Clérin, Charlotte Legrand

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK