Bientôt le verglas : les épandeurs trépignent

Les épandeuses sont prêtes et n'attendent qu'une chose, enfin le gel
3 images
Les épandeuses sont prêtes et n'attendent qu'une chose, enfin le gel - © Manu Delporte

Ils sont dans les starting-block et rêvent de températures hivernales toutes les nuits. Les épandeurs indépendants, engagés par la Région Wallonne, pour sabler ou déneiger les routes, attendent avec impatience que le mercure passe enfin sous la barre des zéros. C'est le cas de Thierry Denoël, de l'entreprise DENO, à Cuesmes. 30 ans qu'il travaille dans le secteur. Il y était déjà du temps du "Fonds des routes", et a enchaîné quand la matière a été régionalisée.

Dans son hangar, les 5 camions, les lames de déneigement et les engins de chargement sont désespérément à l'arrêt, mais il est certain que tout fonctionne. "Quand nous soumissionnons, nous nous engageons à être opérationnels du quinze octobre au quinze avril, nous devons répondre dans l'heure de l'appel, de jour comme de nuit, férié ou pas ", et les ingénieurs de la région wallonne viennent inspecter le matériel pour vérifier que tout fonctionne avant de commencer la saison. "Maintenant, si on ne sort pas, on n'est pas payés, il n'y a que quand nous travaillons, que nous sommes payés, c'est un peu dommage, mais c'est comme ça".

Autant dire, que ses dix chauffeurs scrutent comme lui les bulletins météos "avec impatience, on n'en dort plus, presque... et d'après les dernières infos, ça risque de ne pas être avant dimanche dans la région. Il est temps parce qu'on n'a pas encore bougé cette année, et on a besoin de sortir pour amortir les frais, parce qu'ici il y a du capital exposé, sans compter le personnel". Du personnel formé pour conduire par gros temps, le temps d'aller chercher le sel dans les dépôts à Saint-Ghislain ou à Péruwelz pour cette partie du Hainaut. Pour ce qui est de cette météo 2015-2016, Thierry Denoël relativise : "en 30 ans, on a déjà tout vu, de la neige dès le mois de décembre, puis plus rien jusqu'à l'été, des hivers où on intervient tous les jours pour un petit verglas de nuit, ou des hivers très tardifs, où rien ne gèle avant carnaval. Il est même déjà arrivé qu'on nous prolonge nos services de quinze jours en avril. C'est très aléatoire et très cyclique".

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK