Bientôt la fin du viaduc Herrmann-Debroux à Bruxelles?

C'est une partie de la presse qui l'affirme ce jeudi matin, le gouvernement actera aujourd'hui lors de sa réunion hebdomadaire la destruction de ce viaduc qui fait office d'entrée au sud de Bruxelles. Une démolition et une transformation en boulevard urbain.

Imaginez une vue dégagée, deux bandes de circulation dans chaque sens, des pistes cyclables, un tram jusqu'au Rouge-Cloître, le tout accompagné d'un parking de dissuasion. C'est à cela que devrait bientôt ressembler le tronçon entre le centre sportif de la Forêt de Soignes et Delta, par lequel passe chaque jour 35.000 voitures.

La décision qui sera prise aujourd'hui est une décision de principe, c'est l'adoption d'un plan d'aménagement directeur, qui devra encore être traduit en plans concrets et en demandes de permis.

La destruction du viaduc, dont rêvent certains depuis 15 ans, devrait être une réalité sous la prochaine législature, espère le gouvernement bruxellois.

Une telle décision, à dix jours pile des élections, cela a forcément une portée symbolique forte. Une manière de fixer un cap dans des textes, un cap dont la future majorité, quelle que soit sa composition, aura bien du mal à dévier. Mettre fin aux autoroutes urbaines en entrée de ville, soulager les quartiers bruxellois de la pression automobile des navetteurs, c'est un des fils rouges des cinq dernières années à Bruxelles.

Le gouvernement régional bruxellois avait entamé sa législature par la destruction du viaduc Reyers, il l'achève en projetant celle du viaduc Herrmann-Debroux. Un message fort, assurément.

Une décision qui s'ajoute à celle en vigueur depuis lundi sur la fin de l'E40. En venant de Liège, les bandes de circulation ont été réduites de 6 à 3.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK