Bernard Wesphael est fixé sur son sort: il sera jugé devant la Cour d'assises de Mons

Bernard Wesphael
Bernard Wesphael - © Tous droits réservés

La Chambre des Mises en Accusation de Gand a rendu son arrêt, ce mardi, dans le dossier de la mort de Véronique Pirotton, l'épouse de l'ancien député wallon Bernard Wesphael, retrouvée sans vie dans la salle de bain de la chambre d'un hôtel ostendais, à l'automne 2013. Bernard Wesphael devra répondre de meurtre devant la Cour d'assises de Mons.

Inculpé d'abord d'assassinat, puis poursuivi seulement du chef d'homicide, c'est-à-dire meurtre sans préméditation, l'ex-parlementaire va donc devoir s'expliquer devant douze jurés, francophones comme il l'avait demandé en fin de procédure, devant la Cour d'Assises de Mons. C'est eux qu'il va devoir convaincre que le décès de son épouse est du à une intoxication alcoolo-médicamenteuse, et non à une suffocation comme le soutient l'accusation, sur la base des rapports d'expertises médico-légales.

La décision des magistrats gantois est tout sauf une surprise. Elle est conforme aux réquisitoires du Procureur du Roi et du Procureur Général.

Selon le code pénal, le crime imputé à Bernard Wesphael est passible, selon que des circonstances atténuantes ou aggravantes sont retenues, d'une peine d'emprisonnement de 3 ans au moins, et de 30 ans au plus.

Michel Gretry

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK