Beauvechain : la station de baguage d'oiseaux migrateurs ouverte au public à Nodebais

Vincent Bulteau, ornithologue, lors d'une animation de découverte des oiseaux à la station de baguage de Nodebais
3 images
Vincent Bulteau, ornithologue, lors d'une animation de découverte des oiseaux à la station de baguage de Nodebais - © Mathieu Baugniet

Le baguage des oiseaux s’effectue en Belgique depuis 1927. C’est l’Institut royal des Sciences naturelles qui est compétent en la matière. L’objectif principal de baguer est de surveiller et d’étudier les populations d’oiseaux sauvages. Il existe dans notre pays une cinquantaine de stations. L’une d’elles se trouve en Brabant wallon dans la commune de Beauvechain. Elle est située dans la réserve naturelle du Grand Brou à Nodebais. Et elle est ouverte au public durant la dernière quinzaine du mois d’août. Nous avons suivi un groupe de curieux lors d’une animation de découverte.

 

Une zone humide de plus d'un hectare

C’est un paradis, perdu, en bordure de champs. La réserve, attenante à une zone de retenue d’eau, est un véritable havre de paix pour la flore et surtout la faune. Plus de 100 mille oiseaux de 120 espèces différentes ont été étudiés, marqués et relâchés ici en 20 ans.

Vincent Bulteau, conseiller en Environnement à Beauvechain, est un ornithologue passionné. Il reçoit régulièrement des groupes d’une dizaine de curieux. "Je montre un petit peu tout ce qu’on peut observer sur le site pendant que l’autre équipe travaille réellement d’un point de vue scientifique" nous explique-t-il. "Moi, je prends plusieurs petits oiseaux. Je les décris et j’explique de quelles espèces ils sont. Puis, on les relâche avec les visiteurs. L’objectif est de regarder chaque espèce qui a été capturé via des filets sans blesser. Une vingtaine d’oiseaux différents a été attrapé ce matin".

Le réchauffement climatique a des conséquences sur les oiseaux

Les changements climatiques on de multiples conséquences sur la faune. L’impact sur les oiseaux présents sous nos latitudes est par exemple moins connu. Avec l’augmentation des températures, de nombreuses espèces se déplacent. Certaines se sont dirigées vers le nord, d’autres sont apparues dans nos régions.

"Tout n’est pas négatif" nous explique Laurent Leclercq, collaborateur à l’Institut royal des Sciences naturelles. "Mais clairement, il y a une évolution. Les observations réalisées ici depuis 20 ans le prouvent. Ce sont d’autres espèces qui s’imposent en nombre. Et celles qui s’imposaient en nombre il y a 20 ans sont moins présentes chez nous à l’heure actuelle. Mais tout n’est noir. Certaines espèces sont en diminution et d’autres par contre sont en augmentation". C’est du côté de nombre d’individus par espèce que c’est alarmant.

C’est un fait qui reste malheureusement constant. Le nombre d’oiseaux toutes espèces confondues diminue drastiquement en Europe. La faute au manque endémique d’espaces et de biotopes naturels.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK