Beauraing: voyage humanitaire pour une poignée d'élèves au Maroc

Une belle expérience humaine pour ces jeunes Beaurinois
Une belle expérience humaine pour ces jeunes Beaurinois - © INDBG

Retour sur les bancs de l’école pour 6 élèves de 5ème secondaire Construction-Gros œuvre de l’Institut Notre-Dame de Beauraing. Ces élèves, accompagnés de leurs professeurs étaient parti le 2 septembre pour deux semaines de voyage humanitaire dans le Haut Atlas marocain. Leur mission ? Construire un escalier pour permettre aux enfants du village de se rendre à l’école, située sur les hauteurs. Ce projet a vu le jour grâce à l’asbl andennaise ASAFRAN qui se mobilise pour ce genre de projet dans les pays d’Afrique.

" On est quand même bien en Belgique "

Si l’heure est encore aux souvenirs, tous sont contents de retrouver leurs petites habitudes. " C’était génial mais je suis quand même content de rentrer. Ça fait du bien de retrouver sa famille et son confort. On se rend compte qu’on est bien en Belgique ", confie Guillaume.

Et pour cause, une fois sur place, ces élèves ont très vite mesuré les différences qui séparent le Maroc de la Belgique. Dans leur sac : quelques truelles et bobines de fil. On est donc loin du matériel dont ils disposent à l’école. Pour construire l’escalier, il a donc fallu faire preuve de patience et de courage. " C’est beaucoup plus difficile de travailler là-bas. Pour avoir 6 mètres cubes de sable, on a dû attendre trois jours. Pareil pour l’eau. Quand il n’y en avait plus, on devait attendre 3 heures pour en récupérer. Mais le plus compliqué c’était de trouver les pierres pour l’escalier dans la montagne. On devait parfois monter à 500 mètres ", raconte Gilles.

Un accueil chaleureux

Autre aspect auquel il a fallu s’adapter : le confort rudimentaire. Les élèves et leurs professeurs dormaient chez l’habitant. Au revoir les lits confortables et les douches chaudes. Tous dormaient à même le sol et se lavaient à l’eau tiède grâce à un gobelet et un seau. " On s’y fait vite ", avoue Guillaume.

Mais ce que ces jeunes garderont surtout en mémoire, c’est l’accueil chaleureux que leur ont réservé les berbères. " Je ne m’attendais vraiment pas à ça. Les gens étaient super accueillants. On a partagé beaucoup de repas avec eux ", explique Guillaume.

Plus qu’une expérience manuelle, ce voyage au Maroc aura été une expérience humaine pour les jeunes Beaurinois. Leur professeur, Monsieur Monin en est convaincu : " Ce voyage a été, pour eux, l’occasion de découvrir l’autre. Ils ont véritablement échangé avec la population. Chacun donnait ce qu’il avait envie de donné et retenait ce qu’il avait envie de retenir ".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK