Beaucoup de réponses et premiers enseignements pour l'enquête sur Verviers

Le public participe bien à l'étude en donnant ses coups de coeur, sa volonté de changement et ses atouts patrimoniaux
2 images
Le public participe bien à l'étude en donnant ses coups de coeur, sa volonté de changement et ses atouts patrimoniaux - © RTBF

A Verviers, l’étude d’image lancée en cours depuis jeudi dernier se clôturera aujourd’hui. Durant cette enquête, les habitants ont été invités à faire part de leur avis sur ce qui fait l’identité de Verviers, ses atouts, ses faiblesses et ainsi permettre de dégager des pistes de travail pour l’avenir. Des enquêteurs ont été à la rencontre de responsables d’associations, mais ils étaient aussi présents en rue, au centre-ville, pour interpeller les passants

Rue du Brou, centre de Verviers. Sur une vitrine, une carte de la Ville et des autocollants ronds où les avis des passants ont été notés : des rouges pour le coup de cœur de la ville, des bleus pour les changements à effectuer, et des oranges pour le patrimoine.

Les passants sont interpellés. Beaucoup acceptent de donner leur avis : " La ville est en train de mourir. Les commerces sont en train de se délocaliser. Moi-même je suis issu de l’immigration et dans les années ’90, quand je suis arrivé, il y avait moins d’étrangers. A un moment donné, il faut essayer de garder un certain équilibre par rapport à ça ", explique un des participants, tandis que pour un autre : " Avant, je me souviens qu’il y avait beaucoup de petits commerçants avec des bons produits. Maintenant ce sont des grandes enseignes et c’est impersonnel ". Un troisième participant évoque lui le Verviers idéal : " Le Verviers idéal, ce serait comme il y a 25 ans d’ici : beaucoup plus de monde en ville. Mais je crois surtout que si certaines personnes revenaient en ville, elles verraient que Verviers n’est pas comme on le raconte. Moi je suis commerçant au centre-ville depuis plus de trente ans et je ne me sens pas en insécurité ".

Pistes d’action

A l’approche de la fin de l’enquête, certains enseignements ressortent déjà : " Dans l’ensemble, les gens ont toujours une réaction négative sur la ville de Verviers, et souvent, plus on passe de temps avec eux, plus il y a des choses positives et concrètes qui apparaissent. Il y a une constante dans les problèmes cités, c’est le parking ", précise Valérian Larose, gérant de la société Quidam, en charge de l’étude. " Au niveau des actions à mettre en œuvre, on ressent déjà bien toutes une série de thématiques. Par exemple celle de la liaison entre les deux versants de la Vesdre, entre Hodimont et l’hyper-centre. La liaison entre la partie Crescend’eau et le centre-ville. La thématique du tour des deux places, de pouvoir réussir à retrouver ce principe de faire le tour des deux places de manière dynamique et de prendre plaisir à faire ce tour. Aussi la thématique de faire en sorte qu’au sein de la ville de Verviers, on retrouve toute une série d’éléments identitaires de la région ".

Les résultats devraient être présentés fin de l'été mais des premières propositions d’action seront disponibles fin mai.

Olivier Thunus

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK