Baxter Belgique: 88 emplois menacés sur le site de Braine-l'Alleud

Baxter Belgique: 88 emplois menacés sur le site de Braine-l'Alleud
Baxter Belgique: 88 emplois menacés sur le site de Braine-l'Alleud - © Belga Jorge Dirkx

C'est un nouveau coup dur pour le Brabant wallon. La société Baxter a annoncé ce matin son intention de restructurer l'organisation du site de l'entreprise de produits médicaux à Braine-l'Alleud.

Le site brainois emploie environ 450 personnes. 88 emplois sont menacés. Selon le porte-parole, Timmy Boerjan, il s'agirait essentiellement d'emplois au sein du département de Recherche et développement, ainsi que de fonctions de support international, principalement basés à Braine-l'Alleud.

L'autre site de Baxter-Belgique, situé à Lessines, n'est pas concerné par cette intention de restructuration. Lessines emploie environ 1.150 personnes.

"Nous voulons réorganiser Braine-l'Alleud pour être plus performants", explique le porte-parole. "Nous voulons être plus compétitifs sur le long terme. Nous devons accélérer l'innovation et la croissance. Les changements envisagés sont difficiles pour tout le monde. Mais ils sont nécessaires". 

La procédure de la loi Renault a été lancée. Les discussions entre direction et syndicats devraient finalement débuter lundi.  

Personnel sous le choc 

"Depuis quelques mois, on observait déjà des licenciements perlés ",  commente Michel Barbuto, permanent CNE-Chimie. "La situation était inquiétante. Mais c’était toujours en dessous du seuil de la loi Renault. Ce matin, le couperet est tombé. C’est assez impressionnant de voir qu’une entreprise qui continue à faire des bénéfices de façon mirobolante et qui a des retours sur investissements extraordinaires soit arrivée à procéder à de tels licenciements. Les travailleurs sont abasourdis. D'autant qu'ils se sont fort investis. Il ne faut pas s’attendre à des piquets de grève aujourd’hui, devant le site Brainois. Mais le risque de grève est probable dans les prochains jours ".     

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK