Baromètre politique: les ténors bruxellois loin derrière les élites fédérales

Elio Di Rupo et Didier Reynders se partagent le podium avec l’Open VLD Maggie De Block.
3 images
Elio Di Rupo et Didier Reynders se partagent le podium avec l’Open VLD Maggie De Block. - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Quelle personnalité politique devrait selon vous jouer un rôle plus important dans les prochains mois? C'est la question qui était posée pour le dernier baromètre LaLibre/RTBF. Le résultat est assez clair : les Bruxellois ont marqué leur préférence pour les membres du gouvernement fédéral, loin devant les ténors de la politique bruxelloise.

Le trio de tête demeure inchangé par rapport au sondage précédent du mois de septembre : Elio Di Rupo devance Didier Reynders et Maggie De Block. Leurs scores restent stables, seule Maggie De Block enregistre une progression significative: 2% des sondés souhaitent la voir jouer un rôle plus important dans les prochaines semaines.

Suivent alors une brochette de Bruxellois avec, dans l'ordre, Laurette Onkelinx, Olivier Maingain, Joëlle Milquet et Charles Picqué.

En 11ème position, mais avec 2% de moins qu'en septembre, arrive le premier membre du gouvernement régional, le FDF Didier Gosuin. L'ex-secrétaire d’État Ecolo Christos Doulkeridis se classe 16ème, émergeant de nulle part par rapport aux sondages précédents. Il devance d'une courte tête son coprésident de parti et bourgmestre de Watermael-Boitsfort Olivier Deleuze.

Le déficit de notoriété - ou de crédibilité - de Rudi Vervoort se confirme sondage après sondage. Le Ministre-Président bruxellois n'apparaît qu'en 39ème position. Il est devancé par le chef de file du MR au parlement bruxellois, Vincent De Wolf, par son ministre des Finances, Guy Vanhengel et par l’Écolo Zoé Genot.

Un sondage réalisé par l'Institut Dedicated Research par internet du 27 novembre au 1er décembre auprès d'un échantillon représentatif de 914 Bruxellois. La marge d'erreur maximale est de 3,2%.

Philippe Carlot

Sondage effectué par Dedicated, par internet, du jeudi 27 novembre au lundi 1er décembre 2014, sur un échantillon strictement représentatif de 2779 électeurs belges. Les enquêtes ont été réalisées dans chacune des 3 régions de Belgique: 976 en Flandre, 914 à Bruxelles (19 communes), 889 en Wallonie. La marge d’erreur maximale est de ± 3,2 % sur les échantillons de Wallonie, de Bruxelles et de Flandre et de ± 1,9 % sur l’échantillon total.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK