Baptêmes d'étudiants ou discrimination ?

RTBF
RTBF - © RTBF

Le centre pour l'Egalité des Chances vient d'ouvrir un dossier à propos des baptêmes d'étudiants à la faculté de médecine vétérinaire de l'université de Liège. Ce n'est pas le bizutage qui pose problème, mais ses suites qui pourraient mener à une discrimination.

A la faculté de médecine vétérinaire, il y a les bleus qui subissent le baptême, et il y a les autres, appelés les "chroniques", comme malades chroniques. Il y a deux cercles d'étudiants. Cette séparation vire-t-elle à la ségrégation ? Le centre pour l'égalité des chances a récemment enregistré l'une ou l'autre plainte, en nombre limité, mais solidement étayée.
La difficulté, c'est que la frontière n'est pas nette entre le permis et l'intolérable. Que des élèves se groupent, et se réservent de se partager des notes de cours, entre eux, c'est normal. Mais si la gestion de la distribution d'un syllabus officiel est délégué à une association qui refuse de le vendre à un non baptisé, c'est une dérive.

C'est pourtant ce genre d'accusations qui figurent au dossier. Les discriminations concerneraient également l'accès à des logements communautaires, ou encore à des stages: des diplômés, anciens de la section, n'accueilleraient pas les candidats qui ne sont pas passés par le bizutage.
La première étape, c'est d'abord d'établir les faits. Le centre pour l'égalité des chances est occupé à rassembler et recouper les informations. Trois de ses délégués ont participé, mercredi dernier, à un conseil de faculté. Dans un état d'esprit plus préventif que répressif, apparemment. Car la collaboration des autorités académiques semble acquise.
L'isolement géographique des "vétés" liégeois, longtemps cantonnés à Cureghem avant de rejoindre le Sart-Tilman, pourrait expliquer la persistance et la force de traditions, peut-être constitutive d'infractions...

 

M. Grétry

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK