"Baby balloon", une jubilation signée Stefan Liberski

Stefan Liberski-Ambre Grouwels
2 images
Stefan Liberski-Ambre Grouwels - © Marianne Grimont

Ambre Grouwels est la révélation du nouveau long métrage de Stefan Liberski. Une ado explosive, souriante, avec une voix en or. Son truc à elle c'est la comédie musicale. Mais dans le film elle brille sur scène, avec un groupe de rock.

Rencontre avec Stefan Liberski

 

Ambre c'est une heureuse découverte, d'où vient-elle ?

Ambre vient de Laecken, simplement, mais son univers est celui de la comédie musicale, Broadway, le jazz et tout çà. Elle a fait "Hairspray", il y a quelques années, et qui sera repris dans deux ans, grâce à son succès. Ici elle s'est un peu forcée à faire du rock, mais sa voix est immense, elle a du coffre, c'est vraiment une chanteuse.

 

C'est une ado toute ronde, elle en parle facilement en apparence en tout cas, et elle en fait quelque chose de créatif dans le film ?

Oui, enfin cela a évolué en cours de tournage. Je ne pense pas révéler quelque chose de trop intime, en disant que le fait d'être à l'image l'a épanouie. Elle a découvert son talent, le jeu, et tout cela a été formidable pour nous.

 

Sa propre histoire tourne autour de cette caractéristique physique, qui révèle un mal être, qui pourrait parler à d'autres ados ?

Il y a des marqueurs comme l'absence du père, une mère dévoratrice, le chômage, cette région désertée de Sclessin, et sans vouloir renvoyer à une métaphore, il y a l'explication, le constat d'un malaise. Je n'ai pas voulu filmer une misère sociale, mais plutôt la surconsommation, chez des gens trop gros. C'est une nuance de la pauvreté, dont il faut parler.

 

 

 

 

A côté elle a une richesse qui lui donne tous les jours des raisons de se lever et d'aller de l'avant ?

Elle s'en sort par la création, c'est un appel de l'être un peu mystérieux. Et ce qui m'a ému dans l'histoire, c'est qu'elle se trompe un peu. C'est d'abord un groupe, puis elle cherche un passage, qui n'est pas le groupe, et qui n'est pas le garçon dont elle est amoureuse. Après le film reste ouvert, on ne sait pas....

 

Malgré un physique qui pourrait lui faire perdre confiance, elle ose énormément ?

Oui d'ailleurs je voulais qu'elle ait un sale caractère, et c'est peut-être ce qui la sauve. Elle est avalée par cette mère ogresse, mais son mauvais caractère fait qu'elle est réactive. Un sale caractère ça peut être salutaire.

 

Baby balloon sort en salle le 20 novembre.

Christine Pinchart

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK