Avocat au Bureau d'aide juridique, métier de passionné

RTBF
RTBF - © RTBF

Les rouages du Palais de justice se remettent en route après les vacances judiciaires. Les 3500 avocats francophones de Bruxelles enfilent leur toge, dont la moitié travaille parfois pour le Bureau d'aide juridique. Cet ancien système "pro deo" permet d'être défendu par un avocat presque gratuitement.

Tout le monde a le droit de se défendre, c'est un peu le credo d'Anne Dauvrin, qui exerce au Bureau d'aide juridique (BAJ) depuis le début de sa longue carrière d'avocate. Car si ce Bureau est ouvert à tous, le public est ici majoritairement défavorisé. "C'est l'indépendant en faillite ; des personnes qui ont leur jugement, on va les expulser dans le mois ; il y a des personnes qui viennent ici complètement affolées parce qu'elles doivent passer devant le tribunal, relate l'avocate. Ce n'est pas parce qu'ils ont moins de revenus que d'autres, qu'ils doivent être moins bien traités."

Ici, les services offerts sont gratuits ou très bon marché. C'est le ministère de la Justice qui paye les avocats, mais plutôt mal. Selon le dossier traité, ils gagneront en effet entre dix et cinquante euros bruts de l'heure. "Une fois que la machine est enclenchée, je pense que l'on peut en vivre, mais il faut effectivement - comme dans tout boulot - beaucoup travailler pour y arriver", estime Anne Dauvrin.

Un métier à l'approche globale, et humaine

Des rémunérations à mille lieux des préjugés sur les honoraires d'avocat. Pourtant, le Bureau d'aide juridique de Bruxelles compte 1700 avocats, tous volontaires. C'est que la structure a d'autres avantages. "Le métier d'avocat change un petit peu pour le moment, précise Anne Dauvrin. On a tendance à être très spécialisé : on fait du droit fiscal, du droit commercial, etc. On n'a plus une approche globale de la personne humaine. Tandis qu'ici, on a le plaisir d'aller plaider parce que certains avocats, certains de mes stagiaires, n'ont même pas une toge, donc ils ne vont même plus au tribunal."

Lors de la dernière année judiciaire, 150 justiciables ont poussé chaque jour la porte du Bureau d'aide juridique bruxellois. Une augmentation de 50% par rapport à l'année précédente, un effet indéniable de la crise.

Le travail des avocats bruxellois est d'ailleurs mis à l'honneur dans un ouvrage qui sort officiellement ce jeudi : 'Visages d'avocats', où figurent 250 portraits d'avocats signé Benoît Feron, lui-même avocat et photographe. Un livre qui dépeint la profession, mais aussi les hommes, les femmes qui se cachent derrière la toge. Il est paru aux éditions Renaissance du Livre.

 

J. Durant et N. Nahjari

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK