Avec la sécheresse, le volume de déchets verts a fondu: quid du compost pour les agriculteurs?

En juillet, les recyparcs du Brabant wallon ont absorbé beaucoup moins de déchets verts que les années précédentes : 25% de moins qu'en 2017 et 50% de moins qu'en 2016 (illustration).
En juillet, les recyparcs du Brabant wallon ont absorbé beaucoup moins de déchets verts que les années précédentes : 25% de moins qu'en 2017 et 50% de moins qu'en 2016 (illustration). - © DR

Vous n'avez sans doute pas beaucoup tondu votre pelouse ces dernières semaines… Certains s'en réjouissent ; d'autres désespèrent. En tout cas, les jardins et les parcs sont grillés par la chaleur et la sécheresse : l'herbe ne pousse tout simplement pas ! Conséquence : le volume de déchets verts déposés dans les recyparcs enregistre aussi une baisse de volume spectaculaire. Ce qui signifie aussi moins de compost pour les agriculteurs d'ici quelques mois.

En juillet, les recyparcs du Brabant wallon ont absorbé beaucoup moins de déchets verts que les années précédentes : 25% de moins qu'en 2017 et 50% de moins qu'en 2016. On l’a dit plus haut, c'est une conséquence directe de la sécheresse.

Cela signifie, par conséquent, que l'In BW, l'intercommunale de traitement des déchets, va produire moins de compost dans les mois qui viennent. "Une période de compostage dure six à huit mois. D’ici là, nous aurons proportionnellement moins de compost mûr, prêt à l’utilisation. Et il y a une corrélation directe."

François d'Ursel, en tant que responsable de l'unité de compostage de l'In BW, est content de voir la pluie à nouveau tomber. Il espère maintenant que cela va durer. "On espère que le climat va se rétablir et que la végétation va repousser rapidement pour que nous puissions à nouveau récolter beaucoup de déchets verts ! On en a vraiment besoin pour fournir du compost en suffisance."

L'In Bw produit environ 13.000 tonnes de compost par an. L'essentiel de cette production est utilisé par les agriculteurs pour fertiliser leur sol.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK