Auvelais-Gembloux: le projet de ligne à haute tension suscite des dizaines de réactions

Ces habitants de Saint-Martin (Jemeppe-Sur-Sambre) ne veulent pas de ligne à haute tension dans la vallée près de chez eux.  Pour des raisons de santé publique et esthétiques.
Ces habitants de Saint-Martin (Jemeppe-Sur-Sambre) ne veulent pas de ligne à haute tension dans la vallée près de chez eux. Pour des raisons de santé publique et esthétiques. - © Laurence LENNE -RTBF

Ils ne veulent pas de ligne à haute tension dans leur paysage. En tous cas, pas comme le tracé d'Elia le prévoit dans son avant-projet. Certains habitants de la région de Gembloux et de Jemeppe-sur-Sambre se mobilisent pour exprimer leur opposition au projet de nouvelle ligne. Depuis 15 jours, les habitants peuvent émettre leurs remarques et leurs questions. 3 pétitions et des dizaines de courriers ont déjà été déposés. La date butoire pour déposer les réactions vient d'être reportée.

15 jours supplémentaires pour remarques et questions : jusqu'au 4 avril

La date initiale était celle de ce mardi 21 mars.  Mais Elia, le gestionnaire du réseau électrique belge à haute tension vient de décider  d'allonger la période durant laquelle les habitants des 4 communes concernées (Sambreville, Jemeppe-sur-Sambre, Sombreffe et Gembloux) peuvent déposer leurs avis et questions. "La première réunion obligatoire d'information préalable a eu lieu ce 6 mars à Jemeppe-sur-Sambre, la commune la plus impactée." explique Sophie De Baets, porte-parole d'Elia.

"Les 15 jours de délai pour les remarques commençaient à cette date et se terminaient le 21  mars. Mais comme il y a encore une deuxième réunion à Corroy-le-château ce lundi soir, nous avons décidé d'allonger le délai en accord avec la commune de Gembloux." La date butoire pour déposer les remarques et les questions à Jemeppe-sur-Sambre qui centralise les avis,  est donc le mardi 4 avril.

Le tracé de l'avant-projet haute tension :  pas l'unanimité 

Le projet prévoit la construction d'une nouvelle liaison électrique (2x150kv) entre l'un des pylônes de Jemeppe-sur-Sambre (pylône 6) et le poste de Gembloux. Elia, le gestionnaire du réseau électrique belge à haute tension, souhaite ainsi remplacer la liaison reliant actuellement les postes d'Auvelais (Sambreville) et de Gembloux. La liaison actuelle moins puissante (1x70kv) serait démolie partiellement. Près de 12 km de câbles. 36 pylônes de 43 mètres et distants de 400 mètres.

Mais déjà à ce premier stade du projet, des dizaines d'habitants s'opposent au tracé.

3 pétitions et des dizaines de courriers : Corroy-le-château et Saint-Martin 

A ce jour, une quarantaine de courriers dont 3 pétitions avec des dizaines de signatures sont déjà arrivées au service environnement de Jemeppe-sur-Sambre. 

La première pétition recueille une centaine de signatures d'habitants de Corroy-le château dans la commune de Gembloux.

Une autre provient des pêcheurs des étangs du même village Corroy-le-château.

Et une troisième pétition  de 90 signatures environ provient du village de Saint-Martin dans la commune de Jemeppe-sur-Sambre.

"Le principe de précaution pour la santé" demandent les riverains

"Pour le village de Saint-Martin, nous sommes déjà une petite centaine à avoir signé, et d'ici le 4 avril, cela va encore très certainement augmenter" expliquent Gino Maggiani et Rita Smeesters, deux habitants de la rue Scadeau.

"Nous souhaitons que le tracé soit modifié et idéalement que la ligne soit enterrée. Elia dit que cela coûterait trop cher, mais c'est notre souhait. Les lignes à haute tension peuvent être nocives pour la santé et nous souhaitons que le principe de précaution soit respecté. Un pylône à 100 mètres de la maison, c'est trop près".

Une pétition aussi sur le net

Une pétition circule aussi sur le net. Elle a déjà récolté près de 800 signatures. "Je vais avoir un pylône à 300 mètres derrière la maison. Il y a une chemin de promenade qui vient d'être réaménagé par la commune dans le quartier, c'est tellement dommage" explique Frédéric Brodkom, riverain de Bothey dans la commune de Gembloux. Il est à l'initiative de la pétition. "En 3 jours, nous avons déjà recueilli 800 signatures d'opposition. Les arguments évoqués sont les risques pour la santé,  et aussi des nuisances pour les agriculteurs et les éleveurs ,  pour le bétail, et aussi pour les machines dont les GPS vont dysfonctionner à cause de la ligne à haute tension."

Et le paysage : pourquoi pas des câbles enterrés?

Autre argument évoqué par les riverains, l'impact paysager qui serait causé par les pylônes de 43 mètres de haut par endroit. Elia va maintenant récolter toutes les remarques et les questions. Parmi les questions les plus fréquentes, pourquoi  ne pas travailler en enfouissant la ligne sous-terre comme cela a déjà été réalisé en Belgique?

Coûts plus élevés, plus difficile d'intervenir en cas de panne: tels étaient  les arguments d'Elia lors de la présentation de son avant-projet aux habitants. Reste à voir comment le gestionnaire de réseau va répondre aux riverains dans le projet définitif. 

Après ce stade d'information et la clôture de dépôt des remarques des habitants, ensuite il y aura encore l'étude d'incidence sur l'environnement, la demande de permis et puis seulement l'enquête publique. 

Après la remise des avis des communes concernées, c'est le fonctionnaire délégué qui accordera ou non le feu vert.

Les travaux ne devraient pas démarrer avant juin 2018.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir