Augmentation de la population: les parcs bruxellois ont la pression

Le parc de la Senne inauguré l'année dernière
Le parc de la Senne inauguré l'année dernière - © Wikipédia

Le retour des beaux jours rime avec affluence dans les parcs à Bruxelles. La capitale reste une des villes européennes les plus vertes. Mais avec la croissance démographique de ces dernières années, la pression sur les espaces verts est de plus en plus en plus intense.

En 15 ans, Bruxelles a vu croître sa population de 200 000 unités. On est passé de 1 000 000 à 1 000 200 habitants. " Paradoxalement, la croissance démographique, certainement sur la période, 2000-2010, s’est passée dans des quartiers qui étaient déjà très fortement peuplés " explique Xavier Dehaibe, responsable de la Cellule Territoires et Populations, à l'IBSA, l'Institut Bruxellois de Statistique et d'Analyse. " Donc forcément il y a eu plus d’habitants là où on avait déjà assez peu d’espaces verts ".

Quand les températures sont clémentes, au moindre rayon de soleil, les parcs sont littéralement pris d'assaut. Ces dernières années l'engouement des bruxellois pour les espaces verts n'a cessé d'augmenter. Serge Kempeneers, directeur de la division Espace Vert de Bruxelles-Environnement confirme. " Cela s’explique par cette augmentation de la population mais il y a aussi la recherche de vivre plus à l’extérieur et davantage en contact avec la nature. On se rend bien compte que les logements sont plus petits. Les couples qui ont des enfants restent tout de même dans des appartements ou logements sans jardin et vont donc profiter des espaces. Il y a une véritable demande à avoir ce contact avec le végétal. Le gazon qui est bien entretenu, c’est une carpette sur laquelle les gens adorent venir se coucher. C’est vraiment la demande principale. On le constate entre autres sur le site de la porte de Hal en plein centre-ville. Dès qu’il fait beau, il est envahi".

Voilà pourquoi la région développe de nouveaux projets de parc d'envergure, notamment le long du Canal, Porte de Ninove mais aussi au Quai des Matériaux. Mais elle cherche aussi à investir des espaces plus restreints entre le bâti existant. C'est le cas notamment du nouveau parc de la Senne, à cheval sur Bruxelles-Ville et Schaerbeek. " C’est quelque chose que l’on développe de plus en plus. Ce sont des espaces qui se trouvent dans les interstices. A Bruxelles, la lutte est féroce pour les terrains. Donc tout ce que l’on peut identifier comme espace à reconvertir nous intéresse. Ici en l’occurrence ce sont des espaces privés au-dessus d’un ancien cours d’eau. Et donc on ne peut pas les construire. Ils étaient laissés à l’abandon, ils servaient de stockage. On les a reconvertis en parc de tel sorte à permettre aux gens de circuler dans des lieux calmes. Et de trouver des lieux de repos, des plaines de jeux. Mais tout à fait séparé de la circulation ".

Le parc de la Senne, la coulée Verte près de Tour et Taxi, mais aussi des espaces aménagés le long de la Promenade Verte… Ces 4 dernières années 12 hectares de parcs et jardin ont été créés. Et c'est sans compter les différents aménagements qui permettent d'augmenter la capacité d'accueil d'espaces verts existants. " Une pelouse, par exemple, peut être gérée pour devenir une pelouse de jeu plus intense. Et puis, il y a l’aménagement des équipements en eux-mêmes. Certaines plaines de jeux accueillent 3 à 4 fois plus d’enfants après réaménagement ".  

A Bruxelles les parcs et jardins publics représentent environ 10% de la surface totale de la Ville. Même proportion pour la forêt de Soignes. A cela il faut ajouter les 30% des jardins privés. Autrement la moitié du territoire de la région est un espace vert.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK