Audi Brussels doit trouver un second fournisseur de batteries pour ses voitures électriques

La production de voitures électriques touchée par la pénurie de cellules qui composent les batteries?
2 images
La production de voitures électriques touchée par la pénurie de cellules qui composent les batteries? - © Dimitrios Kambouris - AFP

Le nombre de voitures électriques qui sortiront de l'usine Audi Brussels en 2019 sera peut-être moins important que prévu à cause de la pénurie de cellules qui composent les batteries électriques. Les fabricants de ces batteries ne parviendraient pas à suivre car la demande explose partout dans le monde.

Selon les chiffres publiés dans le journal L'Echo, 45.000 voitures électriques produites seront à l'usine de Forest en 2019 à la place des 55.000 annoncées
La direction d'Audi Brussels a refusé de confirmer ces chiffres mais pour Carl Veys, porte-parole de Traxio, la fédération de l'industrie automobile, ils n'auraient rien de surprenant: "La demande est beaucoup plus grande que l'offre pour l'instant, le marché est sous tension. C'est le grand problème pour tous les constructeurs en dehors de l'Asie qui dépendent entièrement de ces constructeurs là."

►►► A lire aussi: La voiture électrique, vraiment non polluante?

Les principaux fabricants de batteries électriques, tous asiatiques, ne sont plus en mesure de répondre à la demande européenne... qui devrait pourtant encore croître ces prochaines années. "Les normes européennes sont assez sévères. Il faut diminuer le taux de CO2 de 30% avant l'année 2030 donc pour beaucoup de marques l'électrique est la solution parfaite pour atteindre ce but là", explique Carl Veys.

L'Europe a accumulé un retard énorme

Pour Patrick Hendrick, professeur à école polytechnique de l'ULB, cela montre la vulnérabilité des constructeurs automobile européens à l'égard des fabricants de batteries asiatiques. "La capacité de production de batteries en Europe est extrêmement limitée et va rester très limitée ces prochaines années", explique-t-il. "Les Chinois mènent la danse et tiennent l'ensemble des constructeurs à la gorge. Les Chinois ont accès aux matières premières mais l'Europe n'a pas pris la mesure de ce marché assez tôt. L'Europe a accumulé un retard énorme au niveau de la production mais aussi du développement de ces batteries. Ce retard va être extrêmement compliqué à combler pour au moins les 5, voire les 10 prochaines années". 

Si la production de voitures électriques chez Audi Brussels devait effectivement être réduite, ce n'est donc pas l'attrait ou les performances du modèle qui seraient en cause mais la pénurie de batteries. La direction d'Audi a d'ailleurs annoncé ce mardi qu'elle allait sollicité un deuxième fournisseur pour équiper son modèle e-tron.

Le marché des batteries électriques est soumis à de fortes tensions

Depuis quelques mois, les fabricants de batteries ne parviendraient plus à suivre la demande qui explose un peu partout dans le monde et notamment en Europe. Ce n'est pas surprenant, les normes environnementales visant à réduire la pollution de l'air poussent les constructeurs automobiles à développer les modèles électriques. Il y a trois semaines le groupe Volkswagen annonçait que le nombres de modèles électriques allait passer de cinquante à septante d'ici 2028. Encore faut-il assurer l'approvisionnement en batteries, ce qui poserait de plus en plus de problèmes, selon plusieurs spécialistes.
 

"Ce qui arrive était totalement prévisible"

Carl Veys, porte-parole de Traxio, la fédération de l'industrie automobile, est un observateur attentif de l'offre de véhicules électriques. "Toute la production de batteries se trouve en Asie et principalement entre les mains de deux fabricants, LG et Panasonic. Vu la production annoncée de véhicules électriques, la pénurie est inévitable. Et lorsque la demande est supérieure à l'offre, les fabricants de batteries sont tentés de faire grimper les prix. Ils sont actuellement en position de force."

A l'Ecole Polytechnique de l'ULB, le professeur Patrick Hendrick s'intéresse aux batteries lithium-ion depuis plusieurs années. "Les voitures électriques européennes dépendent à nonante-cinq pour cent d'un approvisionnement qui vient de Chine". Et selon lui, la production de batterie européenne restera limitée pour encore quelques années, d'autant que les chinois ont accès aux matières premières nécessaires pour la fabrication de ces batterie, ce qui n'est pas les cas des européen

L'Europe n'a pas pris la mesure de ce marché assez tôt

Pour Patrick Hendrick, l'Europe s'est lancée trop tardivement dans le développement et la production de batterie. Une grande usine est en train de se construire en Suède mais le retard sera difficile à récupérer d'autant que l'accès aux matières matières, est un marché qui est aussi contrôlé par les chinois.

Face à ce tableau plutôt sombre, Audi annonçait hier par communiqué qu'elle équiperait prochainement une partie de ses modèles E-tron avec des batteries Samsung (jusqu'ici, le constructeur utilisait des batteries LG). Une annonce qui soulève quelques doutes chez Patrick Hendrick qui remarque que les coréens de Samsung vendaient déjà la quasi totalité des batteries produites. Leur marge de manœuvre serait donc très réduite.  

Le premier SUV 100% électrique d'Audi, l'e-tron, produit en Belgique (JT 18/09/2018)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK