Auderghem: 500.000 euros pour des projets décidés et sélectionnés par les citoyens

Auderghem: 500.000 euros pour des projets décidés et sélectionnés par les citoyens
Auderghem: 500.000 euros pour des projets décidés et sélectionnés par les citoyens - © THIERRY ROGE - BELGA

Rapprocher les citoyens de la politique, c'est l'une des grandes préoccupations du moment. A Auderghem, la commune a développé plusieurs projets dans ce sens. Elle propose par exemple un budget partagé. 500.000 euros par an seront mis à la disposition des citoyens pour imaginer de nouveaux projets. 

Dès 10 ans, on peut proposer des idées 

Ces nouvelles idées, elles sont toutes les bienvenues. Il faut qu'elles collent aux deux thématiques choisies: la qualité de vie et le lien social. Pour le reste, il faudra suivre un processus en plusieurs phases ."Il ne s'agit pas de donner de l'argent sous forme de subsides à un porteur de projets, éclaircit Sophie de Vos, échevine de la participation citoyenne, "mais d'inscrire ce budget participatif au budget extraordinaire de la commune. D'abord, il faut répondre à une première phase d'appel à projets. Tous les porteurs de projets - tous citoyens à partir de 10 ans - les associations actives sur la commune ou les assemblées de quartier pourront proposer des projets. Ensuite, il y aura une phase d'analyse de ce projet, voir s'ils sont éligibles puisqu'il faut respecter une série de critères. Enfin, il y aura une phase de vote. Ce sont les projets qui auront récolté le plus de vote qui seront inscrits au budget extraordinaire et donc dans l'enveloppe des 500.000 euros". 

Une fois les projets choisis, ils suivront le trajet de tout autre projet communal. En clair, ce sont les citoyens qui proposent des idées de projets, les sélectionnent et ce sont les services communaux qui les mettent sur pied. 

Participer à la vie de cité différemment 

Mais pour quelle raison la commune d'Auderghem a-t-elle décidé de lancer ce projet? "On a bien conscience dans le chantier démocratique que nous vivons que les citoyens veulent participer à la vie de leur cité différemment", explique Sophie de Vos. "On a bien conscience qu'ils en ont un peu marre de mettre une croix dans l'isoloir tous les 6 ans. La commune est finalement le lieu le plus proche du citoyen. Elle est prête à accompagner ce mouvement, le développer, le soutenir. Mais avec une condition: que ce soit l'occasion pour tous les citoyens et les citoyennes d'Auderghem de prendre la parole et en particulier ceux que l'on entend jamais". 

Un apprentissage à la citoyenneté 

Ceux que l'on estime parfois trop jeunes pour s'exprimer aussi. Parce que, vous avez bien lu, à partir de 10 ans, on peut venir avec une idée, la soumettre et puis aussi participer au processus de sélection des projets. "On s'est dit que cela faisait partie d'un certain apprentissage à la citoyenneté. Un enfant de 10 ans est capable de comprendre ce qu'est l'intérêt public, ce qu'est l'intérêt privé. Ce sera l'occasion, on l'espère, pour les écoles de leur inculquer un certain nombre de notions comme la démocratie, etc". 

Ce projet de budget partagé doit encore passer au conseil communal du 30 janvier. La commune va mettre aussi en place une assemblée citoyenne composée de citoyens tirés au sort et issus des 10 quartiers de la commune. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK