Auberge de jeunesse flottante : envoyée par le fond

La tutelle régionale vient d’annuler la décision du conseil communal de la Ville de Bruxelles d’acquérir une société commerciale pour développer un projet d’auberge de jeunesse flottante sur le canal
La tutelle régionale vient d’annuler la décision du conseil communal de la Ville de Bruxelles d’acquérir une société commerciale pour développer un projet d’auberge de jeunesse flottante sur le canal - © Bureau d’architecture A2M

La tutelle régionale vient d’annuler la décision du conseil communal de la Ville de Bruxelles d’acquérir une société commerciale pour développer un projet d’auberge de jeunesse flottante sur le canal. Un coup dur pour le collège bruxellois. La région juge illégal le fait de passer par une firme commerciale pour réaliser un projet d’intérêt communal.

78 chambres dans une péniche construite sur le canal, au Quai Béco, pour étoffer l’offre de nuitées en auberge de jeunesse : le projet de la Ville de Bruxelles paraissait séduisant. Il bénéficiait en outre du soutien financier (400 000 euros) de la Commission Communautaire française (CoCof) et de l’appui de Beliris, l’accord de coopération entre l’état fédéral et la région bruxelloise, à hauteur de quatre millions.

Le concept initial est l’œuvre et la propriété de la société Biloral, détentrice du contrat de concession avec le Port de Bruxelles. Le patron de cette entreprise est décédé et le projet risquait de disparaître avec lui. La Ville de Bruxelles décide donc de racheter, pour 400 000 euros, la société et son projet et de construire l’auberge flottante avec l’argent de Beliris. À charge ensuite pour l’exploitant choisi par la Ville de gérer l’affaire au quotidien. Mais ce bel échafaudage vient de s’écrouler. La tutelle régionale a en effet annulé la décision du conseil communal de la Ville de Bruxelles du neuf janvier dernier. Aucune base légale ne permet à une commune d’acquérir une société commerciale pour lui déléguer l’exercice d’une mission d’intérêt communal, argumente la tutelle. La Ville devra revoir sa copie. En attendant, le projet d’auberge de jeunesse flottante reste à quai. Avant de faire plouf ?

Philippe Carlot  

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK