Aubange : cours de français pour les résidents portugais

Illustration.
Illustration. - © Flickr - nector*

Dans le Sud-Luxembourg, une commune mi-rurale, mi-urbaine est confrontée à une forte population étrangère, notamment d'origine portugaise. Avec l'institut de promotion sociale d'Athus, la commune lance des cours de langue française pour les aider dans leur quotidien.

Actuellement, la commune d'Aubange compte 1342 résidents portugais, ce qui représente 8,5 % de la population globale de la commune. Ces Portugais viennent en fait du Grand-Duché de Luxembourg, où leur communauté est très présente depuis les années 60. Les immigrés portugais ont notamment été attirés à l'époque par le secteur de la sidérurgie.

Aujourd'hui, certains préfèrent s'installer à Aubange car les prix de l'immobilier, bien qu'assez élevés dans le Sud-Luxembourg, sont tout de même plus bas qu'au Grand-Duché. Les nouveaux résidents d'Aubange, travaillent, pour la plupart, dans le secteur de la construction ou de l'entretien au Grand-Duché.

Pour faciliter leur intégration, la commune d'Aubange a créé une commission de travail avec le CPAS et les éducateurs de rue. Une de leurs actions : proposer un cours de langue française pour adultes dans le centre d'Athus. Ces cours seront dispensés par  l'institut de promotion sociale d'Athus dès ce 4 octobre. Le premier module de cours compte déjà 16 inscrits. D'autres devraient suivre.

Pour Jean-Paul Dondelinger, bourgmestre d'Aubange, le cours de langue française est une première étape : "Ensuite, on verra ce qu'on peut faire. On parlera de culture, de voyages, de folklore....", explique-t-il.

Jean-Paul Dondelinger attire l'attention des pouvoirs supérieurs sur la spécificité de sa commune. "Je demande qu'il y ait une aide méthodologique pour l'intégration des communautés étrangères. Les grandes villes, elles, sont équipées. Mais nous, on est considéré comme une commune rurale sans problèmes, ce qui n'est pas le cas d'Aubange", conclut-il.

Anne Lemaire

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK