Au moins 250 sans-papiers ont manifesté à Bruxelles pour être régularisés

Le Front des migrants, composé de divers groupes de sans-papiers et d'associations mobilisées pour la défense de leurs droits, demande à l'Office des étrangers de concrétiser sa proposition en délivrant un document recevable par la Région de Bruxelles-Capitale.

"Il y a deux semaines, l'Office des étrangers nous a dit que des permis de séjour pourront être donnés à ceux qui obtenaient des permis de travail dans les secteurs en pénurie", rappelle John's Mbulula, coordinateur Asile et migration au Mrax (Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et la Xénophobie). "Nous sommes allés voir le ministre régional de l'Emploi Didier Gosuin, qui s'est montré ouvert et qui s'est dit prêt à octroyer ces permis de travail. Mais, il ne peut pas simplement se baser sur des déclarations dans les médias. Il a besoin de documents du fédéral qui l'autorisent à commencer à examiner les dossiers. Nous sommes retournés à l'Office des étrangers, qui s'est limitée à dire qu'elle refusait d'attribuer un séjour provisoire sans permis de travail. On est coincés dans un cercle vicieux."

Par ailleurs, les manifestants demandent des permis de travail provisoires pour ceux du groupe Ebola, comme cela a été fait par le gouvernement américain. Les ressortissants de la Sierra Leone, du Liberia et de Guinée bénéficient uniquement d'un moratoire suspendant les expulsions jusqu'à ce que l'épidémie soit endiguée.

 


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK