Au milieu des fleurs et des abeilles, Bettina confectionne ses mélanges de tisanes

Bettina Secchia développe depuis deux ans un projet de production de fleurs et plantes aromatiques pour composer ses tisanes
Bettina Secchia développe depuis deux ans un projet de production de fleurs et plantes aromatiques pour composer ses tisanes - © Tous droits réservés

C’est un métier qu’on n’imagine pas exercer à Bruxelles… Et pourtant !
Bettina adore les plantes, aromatiques et médicinales, au point d’avoir voulu en faire son activité principale. Nous la rencontrons à Anderlecht, tranquillement assise sous un grand arbre. Elle est en train d’effeuiller le "thé des jardins", également connue sous le nom de mélisse turque pour l’incorporer ensuite aux mélanges qui composent ses sachets de tisane.
Autour de Bettina, cela sent le thym, la sarriette et l’origan. Bettina Secchia s’est installée à Anderlecht sur une parcelle de 8 ares qu’elle cultive depuis l’an dernier.
Un terrain mis à sa disposition par le projet d’agriculture urbaine "BoerenBruxselPaysans". Ces 8 ares lui permettront de tester la viabilité de Tiz’Time, tout en limitant les risques pour cette Schaerbeekoise récemment conquise par l’horticulture en milieu urbain.

J’ai heureusement reçu beaucoup de soutien, sinon, c’est impossible

"Je n’aurais jamais été capable de me lancer dans cette aventure si j’avais dû louer ou acheter de la terre", reconnait-elle. "J’ai aussi été soutenue par les initiatives comme JobYourself qui permettent à un chômeur de tester son activité pendant 18 mois pour voir s’il est capable de se lancer comme indépendant".

Bettina vivra-t-elle un jour de ses tisanes ? Il est encore trop tôt pour le dire. Mais elle sait que ce travail, forcément artisanal, sera compliqué. Dès l’année prochaine, elle compte d’ailleurs organiser des animations ou des formations autour des plantes.

Comme elle, de plus en plus de Bruxellois choisissent de réorienter leur activité professionnelle vers l’agriculture. On les appelle les "Nimaculteurs", c’est-à-dire des agriculteurs Non Issus du Monde Agricole. Ils seraient au moins une soixantaine en Région bruxelloise. Leurs projets vont du maraîchage à la culture de champignons, de l’élevage d’insectes à la production de fleurs comestibles. Comme Bettina, ils sont venus rendre du sens à la terre… Au cœur même de la ville.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK