Attentats du 22 mars: 32 arbres plantés en Forêt de Soignes pour les 32 victimes

Un lieu de recueillement, paisible et symbolique. Un espace de la Forêt de Soignes, en Région bruxelloise, s'apprête à accueillir un mémorial verdurisé aux 32 personnes tuées lors des attentats du 22 mars à Zaventem et à Maelbeek. Le projet est porté par la ministre bruxelloise de l'Environnement, Céline Frémault (CDH) dont l'objectif est de pouvoir inaugurer le site pour le 21 mars 2017, la veille du premier anniversaire de la tragédie.

L'idée de ce mémorial prend sa source à la suite d'une demande de proches d'une des victimes. "Celles-ci m'ont approché car elle souhaitait pouvoir trouver un lieu de recueillement à Bruxelles, malgré le fait que le défunt avait été rapatrié et inhumé à l'étranger", explique Céline Frémault. "Après une série de contacts, les proches m'ont demandé si elles pouvaient planter un arbre en guise de souvenir. Suite à cette demande, j'ai tout de suite compris que c'était important pour eux de trouver un endroit hors du temps et en pleine nature. C'est une demande spécifique qui est en train d'être rencontrée. Mais la demande a créé chez moi une réflexion plus profonde autour de l'importance de lieux de commémorations, de souvenir, de recueillement. Un projet plus large a donc été soumis au gouvernement bruxellois, qui a rapidement marqué son accord."

Peu avant les commémorations, le 22 mars prochain, 32 arbres seront ainsi plantés. Ceux-ci seront récupérés dans la réserve régionale et présenteront déjà une certaine taille. Le 21 mars, les familles des victimes seront conviées à l'inauguration du lieu. "Ce sera un lieu de quiétude et de sérénité par excellence, loin des tumultes de la vie et de la ville, où les familles, les amis, les citoyens bruxellois, peu importe leur confession, viendront, s'ils le désirent, se recueillir en toute discrétion. Pour moi, la Forêt de Soignes s'imposait comme un symbole de la Région bruxelloise. C'est l'entrée et la sortie de la Ville. Les gens peuvent s'y promener, s'y ressourcer. La forêt représente la puissance de la vie parce que la nature finit toujours pas reprendre ses droits. C'est aussi un lieu ouvert à tous où l'on peut trouver du calme et de la paix intérieure."

Plusieurs pelouses sont à l'étude

L'espace du souvenir pourrait être située dans le prolongement de la Drève du Comte et du chemin des Tumulis. On y accède à partir de la chaussée de la Hulpe, à deux pas de l'hippodrome de Boitsfort. Mais c'est une des hypothèses car d'autres espaces sont à l'étude. Une signalétique sera en tous les cas prévue pour guider les promeneurs. La Région souhaite délimiter un site accessible tout en étant reculé par rapport aux nuisances sonores.

Un architecte-paysagiste, Bas Smets, a été désigné par la Région bruxelloise pour l'aménagement du mémorial. Il offre gratuitement ses services pour la conception du mémorial. L'espèce choisie sera le bouleau. "C'est une espèce élégante, qui symbolise l'espoir et la continuité de la vie. Elle a également une espérance de vie comparable à celle de l'être humain." Une manière de prolonger symboliquement la vie des personnes décédées à l'aéroport de Zaventem et à la station de métro Maelbeek. Enfin, l'entretien du lieu sera confié au personnel des gardes-forestiers de Bruxelles Environnement. 

En marge du monument du souvenir

Il s'agit ici d'un projet purement bruxellois. Le Fédéral souhaite la création d'un monument du souvenir. Un appel a été lancé il y a quelques jours. Le budget débloqué est de 100 000 euros. La Région bruxelloise participe également à ce projet.

Rappelons enfin que Molenbeek a inauguré le 8 novembre sur sa place communale un sculpture en hommage aux victimes attentats du 13 novembre cette fois.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK