Attaque au bulldozer à l'hôpital Vésale de Montigny-le-Tilleul

Les malfrats ont pénétré dans le hall à l’aide d’un engin de chantier.
2 images
Les malfrats ont pénétré dans le hall à l’aide d’un engin de chantier. - © Jean-Sébastien Debois

Cette nuit, vers 02h15, un bulldozer a détruit le sas d'entrée de l'hôpital Vésale à Montigny-le-Tilleul. Les voleurs ont emporté l'argent du distributeur placé à l'entrée. Les dégâts sont importants.

"Un bulldozer a pénétré dans le hall d’entrée principal en pulvérisant les verrières, confirme Michel Méan (porte-parole des pompiers). Les voleurs se sont dirigés vers le bancontact qui se trouve dans le hall, ont démonté la paroi qui entourait le distributeur et sont ensuite partis avec, occasionnant par là des dégâts aux tuyaux de chauffage." Cela a nécessité l’intervention des pompiers vu que l’eau se répandait dans le hall ainsi qu’à l’étage inférieur (au niveau des archives).

Prévenue par les agents de gardiennage, la police de la zone Germinalt est rapidement arrivée sur place, en nombre.

Bien organisés mais mal informés

Selon les premiers éléments de l'enquête, il s'avère que le bulldozer a été dérobé sur un chantier de Marcinelle et transporté sur une remorque jusqu'à l'hôpital Vésale. Il apparaît aussi que ce genre d'engin ne peut être piloté par n'importe qui: il faut plutôt être spécialisé. Enfin, toute la scène a été filmée par les caméras de surveillance de la clinique. Les images sont analysées par les services de la Police Judiciaire Fédérale qui mène l'enquête. Mais il semblerait d'ores et déjà que les auteurs de l'attaque étaient au nombre de trois et que l'un de ces hommes était probablement armé.

Tout cela voudrait dire que la bande était plutôt organisée. Mais mal informée car elle semblait ignorer que le fait de braquer un distributeur de billets rend ces derniers inutilisables. Selon la banque Belfius qui gérait la machine de Vésale, tous les billets qui s'y trouvaient ont été maculés d'encre lors de l'attaque. Des traces de cette encre ont d'ailleurs été relevées sur place.

L'attaque a occasionné de sérieux dégâts mais il n'y a pas eu de blessé et aucune personne hospitalisée n'aurait entendu quoi que ce soit de ce braquage qui a quand même dû être bruyant.

Jeudi matin, l'accès à l'hôpital était dévié par le service de radiothérapie et des agents de sécurité étaient en place afin de venir en aide aux personnes à mobilité réduite. Ce n'était plus le cas à partir de 13h00. Selon le président de l'Intercommunale de Santé publique du Pays de Charleroi (ISPPC), Nicolas Tzanetatos, les services techniques sont intervenus et ont vérifié la stabilité de l'espace fragilisé. Les parois endommagées ont été consolidées et les parties détruites ont été bâchées. Le bâtiment est désormais stabilisé et les patients circulent donc à nouveau par le sas d'entrée.

Sonia Boulanger, Joëlle Meert, Daniel Barbieux