Ath: un pédophile libéré sans que la maman des victimes soit au courant

L'homme, condamné pour des faits de pédophilie, bénéficie depuis quelques semaines d’une libération sous bracelet électronique.
L'homme, condamné pour des faits de pédophilie, bénéficie depuis quelques semaines d’une libération sous bracelet électronique. - © Flickr - dctim1

Une maman dont les deux enfants ont été violés par son ancien mari pendant plusieurs années (entre 2007 et 2011) vient d’apprendre que son ex-compagnon bénéficie depuis quelques semaines d’une libération sous bracelet électronique. Le pédophile avait été condamné en avril 2014 à trois ans de prison ferme. Ce qui indigne aujourd’hui cette mère, c’est qu’elle n’était pas au courant de cette libération, et qu’elle ne connaît pas non plus les conditions imposées à son ancien conjoint.

"Je ne demande pas les détails, je veux juste savoir si les enfants sont à l’abri. On va me répondre que "oui", mais pendant cinq ans, les enfants ne l’étaient pas !" C'est une maman à bout de nerf face à ce qu'elle appelle l'indifférence de la justice. Une mère qui a bataillé des années pour protéger ses deux enfants des viols répétés de leur papa. Et qui apprend presque par hasard la libération sous bracelet électronique de son ancien mari.

"Une de ses cousines abusée dans sa jeunesse (il avait violé trois cousines avant) l’a rencontré en faisant ses courses. Elle m’a contactée pour me dire qu’elle avait été profondément choquée et qu’elle n’était pas au courant."

Choquant, sans doute. Mais pas illégal. Ce n'est que lorsque la peine dépasse 3 ans que les victimes sont consultées. La procédure se déroule alors devant le tribunal d'application des peines, c'est lui qui a le dernier mot. Au contraire : lorsque la peine ne dépasse pas 3 ans (c'est le cas ici), c'est la direction générale des établissements pénitentiaires qui tranche. Elle n'a pas à demander l'avis des victimes et ne doit pas les prévenir non plus si un bracelet électronique est accordé au condamné.

"Que ce soit un meurtre ou (comme ici) de la pédophilie, il faut que les victimes soient mises au courant de la libération de leur bourreau, estime encore la maman. C’est très important. Je suis prête à me battre pour cela, pour essayer que les lois changent afin de protéger les victimes (et non les pédophiles ou les meurtriers)."

Porter une plus grande attention aux victimes : le monde politique en avait fait une priorité après le choc de l'affaire Dutroux. Près de 20 ans plus tard, et malgré les réformes entreprises, ce chantier est loin d'être achevé.

Fabrice Gérard

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK