Ath n'accueillera pas l'arrivée de la première étape du Tour de la Région Wallonne

La décision était attendue ce mardi 14 juillet, les autorités communales d'Ath avaient promis de donner aux organisateurs du Tour de Wallonie leur réponse définitive sur l'accueil de la première étape dans la cité des géants le 16 août prochain.   Elle est tombée à 16H30, elle est négative.  Le manager général de l'équipe Wallonie-Bruxelles Christophe Brandt n'a donc pas réussi à convaincre les responsables de la ville qui ont privilégié la prudence.

 "Le Bourgmestre, Bruno Lefebvre (PS) et l’Echevin des Sports, Jérôme Salingue (PS) sont tout à fait conscients des difficultés face auxquelles les organisateurs du TRW se trouvent. Une réunion constructive a été organisée avec ceux-ci, elle s’est déroulée dans une ambiance sereine". indique la ville dans son communiqué.

Les impératifs ont été entendus mais leur décision est sans appel : Ath n’accueillera donc pas l’arrivée de la première étape du TRW le 16 août.

Je dois protéger ma population, le COVID19 n’est pas encore derrière nous, il y a encore (trop) des contaminations

"Je dois protéger ma population, le COVID19 n’est pas encore derrière nous, il y a encore (trop) des contaminations" indique le Bourgmestre d’Ath.

Bien qu’en cette période où les événements sont rares, il s’agit d’une des seules épreuves cyclistes internationales qui précède le Tour de France, la ville a tranché.  "Il est certain que cette arrivée aurait drainé - outre les nombreuses personnalités du cyclisme, les 2000 spectateurs habituels et les amoureux du cyclisme - des centaines de spectateurs supplémentaires d’Ath et des environs". Un risque épidémiologique que les décideurs athois refusent de faire courir à la population.

Si la raison première de cette décision est bien évidemment sanitaire, à Ath, quelques jours après la date de cette course, l’événement le plus important de l’année aurait dû se dérouler  "Nous avons déjà le cœur lourd depuis que nous avons décidé de ne pas organiser la Ducasse 2020. Qui pourrait comprendre que nous prenions le risque d’accueillir des milliers de personnes pour le TRW ? Personne ! " souligne encore Bruno Lefebvre.

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK