Assises du Hainaut : deux frères violents doivent répondre d'un massacre

Les deux frères dans le box des accusés
Les deux frères dans le box des accusés - © Belga - Virginie Lefour

L’affaire jugée cette semaine a eu lieu à Châtelineau près de Charleroi. Les faits se sont déroulés dans la nuit du 22 au 23 mai 2011. Il s’agissait d’une expédition punitive sanglante qui a occasionné la mort d’un homme et des graves blessures à deux autres personnes poignardées par deux frères très violents. Le procès a commencé ce lundi matin et les deux frères ont reconnu partiellement les faits

Cette nuit-là avait été particulièrement violente pour les deux frères : ils ont commencé par fracturer des distributeurs de boissons et par voler une voiture qui tombera rapidement en panne. Ils décident d’alors de voler un autre véhicule à Charleroi et, pour s’en emparer, ils n’hésitent pas à porter de nombreux coups de couteau à son conducteur. Puis, ils se rendent à  Braine-le-Comte chez un ami à qui ils volent un fusil en le poignardant à de nombreuses reprises.

Enfin, les deux frères se présentent chez leur voisin Christophe Dufour à Châtelineau pour lui régler son compte suite à un problème avec une console de jeux. A peine entrés dans l'appartement, Cédric et Dimitri Dufourny se livrent à un véritable massacre. Leur victime, âgée de 29 ans, est égorgée, frappée puis achevée d'une balle dans la tête.

Les deux auteurs sont, eux, arrêtés dans les heures qui suivent et se retrouvent dès ce lundi devant la cour d’assises du Hainaut à Mons.

Première audience

Dimitri Dufourny reconnaît l'ensemble des faits qui lui sont reprochés excepté le tir qui a entrainé la mort de Christophe Dufour. L'accusé affirme ne pas se rappeler avoir porté des coups de couteau, à aucune des trois victimes. Ni à Paolino P., pour lui voler son véhicule, ni à Didier D. pour lui prendre sa carabine, et encore moins à Christophe Dufour. "J'ai eu un trou noir. Je ne sais pas vous dire ce qui s'est passé. Mais je tiens à être puni pour ce que j'ai fait. Si j'avais un couteau plein de sang dans ma poche, ça ne peut être que moi qui ai donné les coups", a expliqué Dimitri Dufourny. Il a encore précisé que si lui était en aveux depuis son arrestation ce n'était pas le cas de son frère. "Pour lui c'est moi qui ai tout fait ! Je ne veux pas minimiser ma participation mais je veux être condamné uniquement pour ce que moi j'ai fait".

Cédric Dufourny reconnaît, lui, être l'auteur du tir mortel. "Dimitri était dans une folie incroyable. Je lui ai arraché la carabine des mains. Quand on est arrivés chez Dufour j'ai pris le portefeuille et le coup est parti. Accidentellement", a affirmé l'accusé qui, selon les médecins légistes, a tiré à bout portant dans la mâchoire de la victime. Concernant les coups de couteau portés par son frère aux trois victimes, Cédric Dufourny affirme n'avoir rien vu. "Je pensais qu'il avait juste donné des coups de poing. C'était une nuit de folie... ", a indiqué l'accusé en précisant que lui aussi n'avait que peu de souvenirs des faits.

Interrogés sur les raisons qui ont motivé leur escapade mortelle, les accusés n'ont pu apporter aucune réponse si ce n'est qu'ils étaient enivrés par l'alcool et des anxiolytiques ingurgités tout au long de la soirée.

RTBF, Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK