Assises: place aux témoins de moralité et aux amis de Sadia Sheikh

Les parents de Sadia Sheikh comparaissent une nouvelle fois devant les Assises.
Les parents de Sadia Sheikh comparaissent une nouvelle fois devant les Assises. - © Belga

La deuxième semaine du procès des parents de Sadia Sheikh démarre ce lundi. Les parents de Sadia sont rejugés par la cour d'assises de Namur. Ils sont accusés d'être auteurs, co-auteurs ou complices de l'assassinat de leur fille, en octobre 2007, à Lodelinsart, parce qu'elle refusait un mariage forcé au Pakistan.

Des audiences, il est ressorti un climat familial étouffant, où les notions d'honneur sont fondamentales, où la place et la considération que l'on porte à la fille par rapport au garçon sont minimalistes : elle doit obéir au père, aux parents.

Le père a été mis plusieurs fois face à ses contradictions, ses oublis de mémoire opportuns, ses lamentations parce qu'à cause de son fils Mudusar, il est en prison, sans jamais évoquer la perte de sa fille.

La mère, elle, a dû s'expliquer sur cette phrase captée dans les écoutes : "Quel embarras elle nous a fait, la putain !" Le président lui demande : "Vous parlez ainsi de votre fille, qui était morte depuis trois mois ?" Et la mère de répondre : "J'étais en colère, tout était de la faute de Sadia mais, ajoute-t-elle, quand même pas au point qu'elle doive mourir."

Cette semaine sera consacrée aux auditions des amis et professeurs de Sadia, ainsi que des témoins de moralité. Le moment phare de la semaine sera mardi, avec la venue - en tant que témoins - de Mudusar et Sarya (frère et sœur de Sadia), condamnés et toujours incarcérés. 

Christine Borowiak

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK