Assises de Bruxelles : 5, 4, 3 et 2 ans de prison avec sursis pour une bagarre mortelle en 2009

La cour a prononcé une peine de cinq ans de prison avec sursis à l'encontre de Singaoku Kale.
La cour a prononcé une peine de cinq ans de prison avec sursis à l'encontre de Singaoku Kale. - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

La cour d'assises de Bruxelles a prononcé, mardi soir, des peines de cinq, quatre, trois et deux ans de prison avec sursis à l'encontre des quatre coupables de coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort de Jean-Marie Monzibila. Cet homme de 35 ans avait été découvert mort, gravement mutilé, dans le Bois de la Cambre à Bruxelles, le 1er septembre 2009.

La cour a prononcé une peine de cinq ans de prison avec sursis à l'encontre de Singaoku Kale et une autre de quatre ans avec sursis pour Alexandre Dusart, tous deux reconnus coupables pour les coups et blessures qui ont entraîné la mort, avec préméditation.

Elle a infligé des peines moindres pour les deux autres auteurs, pour lesquels la circonstance aggravante de préméditation n'a pas été retenue. Mathieu Delouvroy écope ainsi de trois ans de prison avec sursis et David Browet de deux ans, là aussi avec sursis.

Le 1er septembre 2009, le corps sans vie de Jean-Marie Monzibila avait été retrouvé dans le Bois de la Cambre à Bruxelles, gravement mutilé. Les auteurs des coups mortels et la victime appartenaient à un même groupe qui pratiquait l'islam chiite et qui organisait diverses activités dans la nature.

Seul l'accusé Mathieu Delouvroy a reconnu avoir appuyé une branche de bois sur le cou de la victime, affirmant qu'il avait agi pour se défendre. Il a précisé qu'Alexandre Dusart lui était venu en aide, mais ce dernier a soutenu par contre qu'il était resté en retrait.

David Browet et Singaoku Kale ont, quant à eux, déclaré qu'ils avaient quitté les lieux dès que la victime a commencé à se montrer agressive.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK