Homme tué à Beveren : le parquet requiert le placement des deux jeunes suspects en établissement fermé

Les jeunes de 17 et 16 ans, suspectés de l'assassinat de David P., 42 ans, commis à Beveren, comparaissent actuellement devant le juge de la jeunesse de Termonde, qui décidera des mesures à prendre à leur encontre. Le parquet de Flandre orientale a requis le placement dans un établissement fermé. Le troisième suspect, un jeune Anversois de 17 ans, a été placé lundi dans le centre fermé pour jeunes d'Everberg.


Revue de presse : "Le meurtre brutal de Beveren vient nous rappeler que la société a d'autres défis majeurs à relever "


Le corps de David P,. originaire de Saint-Nicolas, a été découvert samedi dans un parc de Beveren, à proximité d'une ligne de chemin de fer à hauteur de la Lesseliersdreef. L'homme avait été violemment battu et tué. La victime aurait été attirée dans le parc par les trois suspects grâce à l'application de rencontre Grindr.

Extrait de notre JT du 8 mars :

Les suspects sont tous les trois mineurs. Le plus jeune est âgé de 16 ans et originaire de Kieldrecht (une section de la commune de Beveren), tandis que les deux autres sont âgés de 17 ans et originaires pour l'un d'Anvers et, pour l'autre, de Verrebroek (une autre section de la commune de Beveren).


A lire aussi"Pas de place pour la haine dans notre pays. Love wins" : le drapeau arc-en-ciel flotte au-dessus du 16, rue de la Loi


Les trois jeunes se sont eux-mêmes rendus à la police au cours de ces derniers jours. Ils ont déclaré qu'ils voulaient voler la victime mais qu'ils n'avaient aucun projet d'assassinat. Le parquet a souligné que le mobile faisait l'objet d'une enquête et qu'il n'était pas encore certain qu'il s'agissait d'un crime homophobe. Il n'a par ailleurs apporté aucun détail concernant les déclarations des suspects mineurs. Les enquêteurs cherchent, quant à eux, à savoir si l'homme a été poignardé lors d'une altercation.


A lire aussiVaccination en Belgique : pour Petra De Sutter, "le débat sur les fonctions essentielles n'est plus sur la table"


Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK