Arne Quinze reconstruit son "Passenger" à Mons: "Ca me coûte énormément d'argent"

L'imposante structure de bois de l'artiste Arne Quinze, "The Passenger", retrouvera bientôt sa place dans les rues de Mons. Un heureux dénouement pour l'artiste :  "Pour moi la façon dont j'ai été accueilli par les Montois, c'était tellement chaleureux".

C'est une nouvelle version de l'œuvre que les amateurs pourront à nouveau admirer.

En effet, la Fondation Mons 2015 a accepté la proposition de l'artiste de reconstruire une nouvelle œuvre en remplacement de celle installée en décembre 2014 et qui avait du être abattue en janvier 2015 pour des raisons de sécurité.

"Pour nous c'était un cauchemar. Ca a fait mal à l'équipe, aux gens autour. Mais avec l'encouragement qu'on a eu, les lettres, les mails...Les gens nous arrêtaient dans la rue pour dire : Quand est-ce que vous revenez ?"

La sécurité en ligne de mire

L'artiste affirme que la sécurité sera optimale : "On a travaillé pendant 7 mois avec des ingénieurs, avec un bureau de contrôle... Comme tous mes travaux qui se passent dans le monde... On va installer de plus grandes sécurités dans l'installation. Une chose pareille je ne veux plus que ça m'arrive ! Croyez-moi, ça m'a fait tellement mal!"

Arne Quinze s'était engagé à prendre à ses frais l'installation de la nouvelle œuvre, ce qu'il a confirmé sur le plateau du journal de 13h. "Ca me coûte les 400 000 euros qu'on a mis dedans. Ca me coûte énormément d'argent. La démolition aussi était à mes frais. Je prends mes responsabilités. C'est bien d'être là quand ça se passe bien mais aussi quand un effet comme celui-là se passe".

La nouvelle œuvre sera à nouveau visible le 16 octobre prochain.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK