Arlon: trente personnes supplémentaires, dans l'abri de nuit cet hiver

Arlon: l'abri de nuit a été plus fréquenté que l'année précédente, et certaines personnes ont été refusées.
Arlon: l'abri de nuit a été plus fréquenté que l'année précédente, et certaines personnes ont été refusées. - © RTBF

Les autorités communales d'Arlon viennent de tirer le bilan de la fréquentation de l'abri de nuit d'Arlon, pour cet hiver. Plus fréquenté que l'an passé, il a accueilli une trentaine de personnes en plus.

Créé en 2007, cela fait six ans que l'abri de nuit a vu le jour. Il est toujours le seul de la Province et répond à un réel besoin.

Il a fonctionné 136 jours sans interruption, soit cinq mois. Certaines nuits malheureusement, plusieurs personnes ont été refusées.

En effet les 19 lits étaient déjà occupés, précise André Perpète, l'échevin des affaires sociales :

"Cet hiver nous avons accueilli 109 personnes différentes, donc c'est beaucoup. Le plus jeune hébergé avait 19 ans, et le plus âgé 70 ans. La précarité ne tient pas compte de l'âge, et n'a pas de limites. On a comptabilisé 99 hommes et dix femmes.

On a aussi des gens de passage et avec la crise qui sévit en Espagne, certains ressortissants tunisiens ou marocains, qui se trouvaient en Espagne jusqu'à il y a peu, passent par la Belgique, en pensant à l'Angleterre. Et il est arrivé que nous en hébergions quelques-uns.

Cela correspond à un réel besoin, les chiffres sont là, et les bénévoles sont là pour le dire. Et puis les problèmes ne s'arrêtent pas à huit heures du matin, quand l'abri ferme, et le 1er avril quand l'abri de nuit ferme également.

On sait qu'il y a une action à mener tout le reste de l'année. Il faut s'attaquer aux causes, plutôt qu'aux effets, et on a besoin de l'aide des différents niveaux de pouvoir."

La ville prête un local chauffé avec douches. Mais c'est surtout la solidarité, les dons d'anonymes, de commerçants, et le bénévolat qui permettent à l'abri de fonctionner. Ils sont une cinquantaine de bénévoles, deux coordinatrices et deux éducatrices.

Anaïs Stas, Christine Pinchart

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK